Christopher Ross à Rabat le Mercredi

Le médiateur onusien pour le Sahara, Christopher Ross, entamera le 11 février à Rabat un déplacement qui le conduira ensuite à Tindouf, Alger et Nouakchott.

Après la représentante spéciale du SG de l’ONU, Kim Bolduc, qui a pris sa mission à Laâyoune, le 6 février, c’est au tour de Christopher Ross, médiateur onusien pour le Sahara, d’entamer, le 11 février à Rabat, son premier déplacement maghrébin. «L’émissaire onusien ne se rendra pas à Laâyoune», révèlent les sources de Le360. Pour rappel, les déplacements de Ross dans la capitale des provinces sahariennes marocaines avaient été instrumentalisées par les séparatistes de l’intérieur pour se livrer à des actes de provocation contre les forces de l’ordre et exploiter les images de supposées «violations humanitaires» à des fins de propagande. La visite de Christopher Ross intervient peu après une conversation téléphonique entre le SG de l’ONU, Ban Ki-Moon, et le roi Mohammed VI.

Après Rabat, l’émissaire onusien se rendra à Tindouf, puis à Alger et Nouakchott. Par la suite, il fera le déplacement dans les pays membres du Conseil de sécurité, organisés dans le cadre d’une instance appelée «les pays amis du Sahara», que sont l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis. A la question de savoir quelle autre nouveauté apporterait Christopher Ross à la question saharienne, les sources de Le360 affirment «ne pas s’attendre à grand-chose». En dehors de la préservation de l’accord de cessez-le-feu, conclu le 15 octobre 1991, et l’échange de visites familiales entre Laâyoune et Tindouf, -les deux seuls acquis à mettre sur le compte de l’ONU-, l’émissaire onusien n’a en effet rien apporté sur le plan politique. Rappelons que le processus de Manhasset est bloqué depuis 2008 et le départ du prédécesseur de Ross, le néerlandais Peter van Walsum, en protestation contre la position stérile de l’Algérie et du Polisario.

10/02/2015