Le Maroc et les Etats-Unis, où Sa Majesté le Roi Mohammed VI effectuera une visite de travail le 22 novembre courant, ont en partage une histoire séculaire "bâtie sur des fondations solides", qui s'exprime aujourd'hui à travers un partenariat pour la promotion de l'Etat de droit dans la région et la lutte contre l'extrémisme religieux qui menace la région du Maghreb et du Sahel, souligne une étude publiée lundi par le think tank américain "Center for Naval Analysis". 

 

"Le Maroc a été en mesure de développer une expertise significative en matière de promotion de l'Etat de droit et est devenu un pays leader au sein du Forum mondial pour la lutte contre le terrorisme (Global Counter terrorism Forum, GCTF), relève le centre de recherche américain, dans une analyse intitulée : "Partenaires dans la lutte antiterroriste : Opportunités et défis de la coopération maroco-américaine en matière de lutte contre le terrorisme". 

 

Fort de ces atouts, le Royaume est ainsi devenu "un pilier des efforts que déploie la communauté internationale dans la lutte antiterroriste", notent les auteurs de cette étude, Eric V. Thompson et Will McCants, en faisant observer que la promotion de l'Etat de droit, que le Maroc place en haut de ses priorités, se trouve au coeur des efforts de Washington visant la promotion de la sécurité et de la stabilité dans des pays allant de l'Irak, à l'Afghanistan en passant par le Yémen. 

 

"Il existe des endroits à travers le monde, notamment dans les pays de la région MENA et en Afrique notamment, où l'expertise du Maroc en matière de propagation des valeurs de l'Etat de droit serait un facteur multiplicateur des efforts menés par les Etats-Unis dans ce domaine", estiment les auteurs de cette analyse, en mettant en avant la concordance des objectifs des stratégies de Rabat et de Washington en matière de lutte antiterroriste et bien au-delà. 

 

L'analyse relève notamment que le partenariat entre les Etats-Unis et le Maroc peut mettre à contribution ses différents atouts et l'expertise cumulée afin d'assister le gouvernement libyen dans ses efforts à consolider sa sécurité et l'immuniser contre la menace terroriste et asseoir davantage la coordination entre Rabat et Washington au sein des fora multilatéraux tels que le Dialogue méditerranéen de l'OTAN, l'Initiative 5+5, et les Nations Unies, entre autres. 

 

La Maison Blanche avait en effet affirmé récemment que la visite de Sa Majesté le Roi aux Etats-Unis, à l'invitation du Président Barack Obama, sera l'occasion de promouvoir la coopération entre Rabat et Washington dans le but de "relever les défis régionaux, notamment la lutte contre l'extrémisme violent, de soutenir les transitions démocratiques, et de promouvoir le développement économique au Moyen-Orient et en Afrique". 

 

Quelques jours auparavant, de hauts responsables du Département d'Etat avaient tenu à souligner que le Maroc est un "acteur régional clé" pour les Etats-Unis, en rappelant notamment que les deux Nations sont liées par un Dialogue stratégique, un accord de libre-échange, entré en vigueur en 2006, ainsi que par le compact du Millenium Account Challenge d'environ 700 millions de dollars arrivé à terme récemment, outre la lutte anti-terroriste et la coopération militaire. 

 

"Sur le plan bilatéral, le Maroc et les Etats-Unis disposent du Dialogue stratégique qui constitue un cadre pérenne à travers lequel Rabat et Washington collaborent ensemble pour traiter les questions régionales d'intérêt commun", conclut le Center for Naval Analyses.

18/11/2013