"Un groupuscule des séparatistes du Polisario s’est rendu, dernièrement à la Chambre des Députés et au Sénat de la République italienne pour tenter de manipuler ces Institutions démocratiques et obtenir une reconnaissance de thèses fallacieuses. 

 

Ce pendant le Gouvernement italien et la Farnesina (Ministère des Affaires Etrangères) ne s’avèrent avoir reçu aucune délégation. Aucun communiqué officiel n’a été rendu public alors que divers sites du Front Polisario y compris les réseaux sociaux se sont acharnés à poster des photographies. 

 

Contrairement à ce qu’affirme de manière incorrecte un communiqué apparu sur le site web «Yahoo», la Commission des Affaires Etrangères du Sénat n'a pas rencontré les «Représentants de peuple Sahraoui». Chaque rencontre officielle devra évidemment être communiquée à travers les réseaux d'information institutionnels et la présumée rencontre avec la Commission des Affaires Etrangères du Sénat n'a pas été confirmée. 

 

A la Chambres des Députés, dans une salle ouverte au public, telles personnes ont rencontré deux ou trois sénateurs sur instigation de l’honorable Stefano Vaccari, connu, comme à son accoutumée, par ses multiples voyages en Algérie. La note de communication en effet contient les traces habituelles et reconductibles de ce pays. 

 

Une autre information erronée a été rapportée par le site web de Beppe Grillo et de Yahoo pour Askanews, dont les administrateurs ont répandue l'information selon laquelle les camps de «réfugiés» se trouvaient au Maroc, manifestant une ignorance absolue et de la géographie et de la politique internationale. 

 

Nous partageons, par contre, les déclarations du porte-parole du groupe M5S auprès du Parlement Italien, l’honorable Ornella Bertorotta qui a commenté comme suit les prétentions de l’inconnue « délégation » à la recherche d'une légitimité auprès des Institutions italiennes: «Il est important d’éclaircir les causes du conflit et promouvoir des solutions pacifiques et définitives, pour que chacune des partie puisse résoudre ses controverses et améliorer les conditions de ces personnes qui depuis des dizaines d'années vivent dans les camps de réfugiés dans une condition de guerre et de misère». 

 

Un échec flagrant de la prétendue «délégation», soutenue uniquement par quelques députés de la «Gauche Italienne» peu représentée et ne jouissant pas de crédibilité populaire en Italie. Ces derniers ont rappelé «l'attention avec laquelle l’Italie suit, depuis des années,» au peuple sahraoui «à travers un réseau capillaire d'associations de solidarité et de soutien». Il s’agit malheureusement de solidarité et de soutien au Front Polisario et pas à la population des camps de Tindouf. Telles associations sont animées par des fins idéologiques et aussi rentables mais négligent les violations des droits fondamentaux de l'être humain dont sa dignité par l'Algérie dans les camps. 

 

Le but est maintenant clair, cette présumée «délégation» veut profiter de l'énième occasion pour quémander des aides financières pour affronter la canicule de l’été comme il était question pour les pluies de l'hiver. 

 

Ajouté à cela que notre amie la socialiste Pia Locatelli a déclaré qu’«au cours de la rencontre on a discuté des violations continues des droits humains dans les camps de réfugiés Sahraouis et de la difficile perspective de stabilisation et pacification du Sahara occidental». 

 

A Alger, le communiqué sur la «délégation» et ses rencontres a été d’une autre nature et clairement instrumenté: «La délégation a été reçue par le Gouvernement italien, la Chambre des Députés, le Sénat de la République et par les Partis Politiques qui ont soutenu» les prétentions de ladite «délégation». 

 

Ce qu’ignorent les animateurs du site web de Beppe Grillo est que le Polisario est créé par l'Algérie pour déstabiliser le Maroc. Ce qui semblent ignorer quelques italiens que cette fantoche rasd n'est reconnue ni par l'Italie, ni l'EU, ni l’ONU. Juste deux jours avant, un pseudo représentant du Polisario a été expulsé et éloigné par les forces de sécurité de L’ONU d'une réunion du Conseil de Sécurité du fait qu’il représente une entité non reconnue officiellement. 

 

Avec ce camouflet essuyé par la «délégation», les politiciens italiens ont dit Basta (ça suffit) ! Basta aux instrumentalisations ! Basta aux désinformations contre le Maroc! 

 

L'Algérie, en tant que pays d'accueil des camps de Tindouf doit respecter les droits de cette population, à commencer par le droit essentiel à une vie digne à travers des procédures fondamentales telles que le recensement de la population, l'identification, la libre circulation et le travail. 

 

Tels démentis ostentatoire sont devenus possible grâce à la sensibilisation promue constamment par la société civile marocaine en Italie qui respecte le pays d'appartenance mais aussi le pays d'accueil, en défendant ses concitoyens d'instrumentalisations et de manipulations médiatiques. 

 

Un grand remerciement à la Communauté Marocaine en Italie et à l'Italie qui a décidé de ne pas être Le Mozambique qui soutient Alger, ou Algérie, pour des raisons expansionnistes et des intérêts économiques, raisons fondantes du conflit artificiel et stérile inventé de toutes pièces au dépend de beaucoup de pauvres innocents que nous continuerons à défendre. 

 

Communiqué du Réseau des Associations de la Communauté Marocaine en Italie (RACMI).

 

 

03/05/2016