Le porte-parole du secrétaire général de l’ONU Stéphane Dujarric a fait une mise au point lundi sur la place du polisario à l’ONU. Le contingent de la Minurso à Laâyoune pourrait être réduit.

 Stéphqane Dujarric a indiqué que “Boukhari, [le représentant du polisario, présenté aux journalistes vendredi 29 avril par le représentant algérien], dispose d’un badge valide pour entrer à l’ONU“, mais il ne s’est pas étalé sur la coupure du son et de l’image qui a suivi son arrivée devant le micro de la salle de presse vendredi 29 avril en fin de journée .

 

Après la coupure du son et de l’image, Boukhari avait pu reprendre la parole, mais son intervention n’a pas été filmée et elle ne figure pas dans les archives médias de l’ONU.

 

Interrogé à ce sujet par un journaliste lundi, le porte-parole de l’ONU a indiqué “qu’ il faut voir avec le DPI“, le Département de l’information public onusien.

 

Un léger dégel entre Rabat et le secrétariat général

 

Interrogé sur l’interprétation onusienne du retour de la Minurso à ses fonctions complètes (Full functionality) et si cela signifiait le retour de tous les membres civils de la Minurso qui ont quitté Laâyoune, le porte-parole onusien a indiqué que le secrétariat général “souhaitait voir un retour de la mission qui pourrait remplir sa mission“.

 

71 membres civils de la Minurso ont quitté Laâyoune le 20 mars dernier à la demande du Maroc, suite aux déclarations hostiles de M. Ban Ki-moon sur la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume.

 

Les propos de Dujarric signifient que le secrétariat général ne va pas exiger le retour du même nombre d’employés civils de la Minurso. Il y aura certainement un compromis avec le Maroc

 

Au vu de la bureaucratisation du travail de la Minurso et des scandales entourant les frais de bouche et de déplacement des membres de la Minurso au Sahara, tant l’ONU que le Maroc ont d’abord intérêt à clarifier les axes de la Minurso au Sahara.

 

Le but premier de la Minurso est la supervision du cessez-le-feu et le déminage. Le porte-parole onusien a confirmé que des échanges entre le secrétariat général de l’ONU, le Maroc et le Groupe des amis du Sahara se poursuivaient sur ces points.

Enfin, Dujarric a indiqué que si la situation le permettait, le rapport du secrétaire général attendu au terme d’une période de 90 jours par la dernière résolution 2285(2026) pourrait être rendu avant le 30 août prochain.

 

L’autre axe diplomatique et humanitaire sur lequel doivent se centrer les relations entre le secrétariat général de l’ONU et Rabat au cours des prochaines semaines est la conférence des donateurs, prévue à Genève.

 

Celle-ci doit recenser et venir en aide aux victimes des inondations qui ont frappé les habitants des camps de Tindouf en février dernier. Les 100.000 personnes qui habitent les camps du sud algérien attendent tentes, produits alimentaires et médicaments au milieu de multiples scandales qui affectent le détournement de cette même aide humanitaire, européenne et onusienne notamment.

03/05/2016