Le parlement européen a souligné, jeudi, que le conflit du Sahara constitue "un insurmontable obstacle au développement complet de relations de bon voisinage au Maghreb".

Dans une résolution, adoptée en plénière à Strasbourg, sur la Politique commune et de sécurité commune de l’UE, le Parlement européen a "réitéré son appel" pour que l'Union européenne joue un "rôle plus actif" dans la résolution de ce conflit.

Lors des travaux de cette session, qui se sont achevés jeudi, le Parlement européen a également souligné que ce conflit constitue un obstacle majeur à l'intégration de la région, en demandant à l'Algérie et au Maroc de créer un partenariat actif capable de relever les défis régionaux.

Le Parlement a estimé, en outre, qu'il faut favoriser de toute urgence les projets de développement socio-économique durable et bénéfique pour tous et les projets d'intégration au Maghreb, afin de faciliter la circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes, en se félicitant, dans ce contexte, de l'adoption de la communication conjointe publiée en décembre 2012 par la haute représentante et la Commission européenne, qui présente des propositions pour soutenir les cinq pays du Maghreb dans leurs efforts en faveur d'une coopération plus étroite et d'une intégration régionale accrue.

Le Parlement européen a également mis en évidence les relations stratégiques entre le Maroc et l’Union européenne, en saluant les avancées du Maroc et son engagement en faveur de la poursuite des réformes, ainsi que sa volonté à intensifier ses relations avec l'Union européenne dans le cadre du Statut avancé, dans la perspective de la négociation d’un accord de libre-échange "approfondi et complet qui soit ambitieux, équilibré et mutuellement bénéfique".

Cette session a également salué le rôle de chef de file que le Maroc joue en Afrique et dans la région du Sahel dans les domaines de la lutte contre le terrorisme et pour la promotion de la coopération pour le développement grâce à l’approche proactive impulsée par SM le Roi Mohammed VI. (MAP).

24/10/2013