Le dossier saharien n’a pas été à l’ordre du jour de la réunion annuelle entre le Conseil de sécurité de l’ONU et le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, qui a eu lieu ce lundi après-midi à New-York. La Chine a fait capoter une nouvelle manœuvre hostile au Maroc.

 

Il n’y a pas eu de débat sur le dossier saharien entre le Conseil de sécurité de l’ONU et le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, ce lundi après-midi à New –York. La Chine, qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité, a rejeté une proposition qui lui a faite par l’UA le 14 avril dernier, pour inscrire le «contentieux saharien» à l’ordre du jour de leur réunion annuelle. 

 

Dans une réponse adressée à l’UA, le 13 mai, le président du Conseil de sécurité de l’ONU, a décliné la proposition de l’entité panafricaine en annonçant sa décision de limiter la discussion seulement aux cas du Burundi et de la Somalie. Motif avancé par la présidence chinoise du CS : il n’y a pas d’accord au sein des membres du Conseil de sécurité de l’ONU sur «l’inclusion» de cette question à l’ordre du jour de la réunion annuelle.

 

Envers et contre l’avis du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, le dossier saharien n’a pas en effet été inscrit à l’ordre du jour de cette réunion annuelle qui s’est déroulée aujourd’hui au siège du Conseil de sécurité à l’ONU.

 

Un nouveau camouflet infligé par le Conseil de sécurité de l’ONU, et particulièrement la présidence chinoise qui a joué un rôle crucial dans la mise en échec de cette énième manœuvre d’une entité que tout le monde sait à la solde d’un régime algérien délibérément hostile au Maroc.

23/05/2016