La Cour de justice de l’Union européenne saura mettre un terme aux élucubrations d’esprit du polisario quand elle planchera sur le pourvoi formé par le Conseil de l’UE concernant l’accord agricole avec le Maroc, souligne le centre euro-méditerranéen de coopération et de diplomatie citoyenne (EUROMED-CDC).

   Mme Ait Baala rappelle que le tribunal européen, « qui a fait face aux allégations du polisario et d’un rapport d’une ONG dont le nom n’est curieusement pas cité », a opté pour l’annulation de l’accord, «une décision assourdissante quand on sait les investissements colossaux opérés par le Maroc dans les Provinces du Sud et en particulier dans le développement humain».

  La publication évoque également les dérapages du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon à l’occasion de sa dernière visite en Algérie, qualifiant ses propos de «grossière erreur diplomatique, un abus de langage contraire aux dispositions internationales qui dénature une réalité historique et juridique, portant ainsi sérieusement préjudice aux intérêts du Maroc».

 

Le polisario est un mouvement séparatiste crée, hébergé et financé par l’Algérie depuis 1975. Ce mouvement de mercenaires par sa revendication, soutenue par le pouvoir algérien, de création d’un État factice au Maghreb bloque toute solution du conflit et tous les efforts d’intégration économique et sécuritaire régionale.

 

01/06/2016