Le compte à rebours pour la dissolution de l’Agence de développement des provinces du Sud est déclenché. Les préparatifs pour les trois structures qui vont la remplacer dans autant de régions du Sahara vont bon train. Eclairage.

L’Agence du Sud, institution publique qui pilote tous les projets de développement dans les trois régions du Sahara, est appelée à disparaître.

 

L’Agence devra céder sa place, et ses compétences, à trois nouvelles structures prévues dans la loi organique relative à la régionalisation: Agences régionales d’exécution des projets (AREP).

 

Le360 apprend ainsi de sources sur place à Laâyoune qu’un appel à candidature a déjà été lancé pour le choix d’un directeur pour l’AREP de Laâyoune-Sakia El Hamra avec un dernier délai fixé au 3 mars pour le dépôt des dossiers. D’autres appels à candidature similaires devront incessamment être lancés pour les AREP de Guelmim-Oued Noun et Dakhla-Oued Eddahab.

 

Parallèlement à ces préparatifs, le Cabinet Valyans a été chargé d’une mission d’audit des avoirs de l’Agence du Sud pour préparer la transition.

 

Un avenir incertain

Cependant, le passage de l’Agence du Sud au trois AREP ne se passe pas dans la sérénité. Depuis quelques jours, les quelque 140 cadres de l’Agence multiplient les sit-in à Laâyoune pour demander à être fixés sur leur sort.

 

«Aujourd’hui, nous dépendons directement de la présidence du gouvernement. Demain, nous nous retrouverons sous la tutelle du président de la région», témoigne un cadre de l’Agence du Sud.

 

Explication: les AREP, expérience qui devra être généralisée à toutes les régions du Maroc d’ici fin 2016, auront comme patrons les présidents des régions, qui changent tous les six ans, et les premiers concernés craignent de faire les frais de considérations purement politiciennes.

 

Pour ne rien arranger, les AREP ne pourront pas reprendre tous les cadres de l’Agence. Ces derniers devront être redéployés dans d’autres services publics.

 

Le même cas de figure s’appliquera, durant cette année 2016, aux deux autres agences de développement, celle du Nord et celle de l’Oriental. 

 

01/03/2016