La quatrième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU a adopté, lundi, sans vote, un projet de résolution sur le Sahara marocain, réitérant l’appui des Nations Unies au processus de négociation.

L’Assemblée générale “appuie le processus de négociations initié par la résolution 1754 (2007) et soutenu par les résolutions 1783 (2007), 1813 (2008), 1871 (2009), 1920 (2010), 1979 (2011) et 2044 (2012) du Conseil de sécurité de l’ONU, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable” et loue les efforts déployés à cet égard, souligne le projet de résolution, présenté par le président de la 4ème Commission, l’ambassadeur du Gabon à l’ONU, Noël Nelson Messone.
Le texte invite, notamment, les Etats de la région à coopérer pleinement avec les efforts engagés sous les auspices des Nations Unies et les uns avec les autres dans la recherche d’une solution politique mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara.

La résolution appelle, également, les parties à continuer à faire preuve de volonté politique et de travailler dans une atmosphère propice au dialogue afin d’entrer de bonne foi et sans conditions préalables, dans une phase de négociation plus intensive, en prenant note des efforts consentis et des développements depuis 2006, assurant ainsi l’application des résolutions précitées du Conseil de sécurité.

L’assemblée générale de l’ONU conforte, ainsi, la démarche du Conseil de sécurité depuis l’adoption de sa résolution 1754 (2007), en référence à la soumission par le Maroc de son initiative d’autonomie pour la région du Sahara, qui a été saluée par l’Organe exécutif et l’ensemble de la communauté internationale comme étant une initiative sérieuse et crédible pour le règlement définitif du différend régional dur le Sahara.

Dans une déclaration à la presse, à la suite de l’adoption de cette résolution, l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Mohamed Loulichki s’est félicité de la “convergence de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité sur leur appui au processus de négociation initié par la présentation par le Maroc de sa proposition d’autonomie”.

Il a ajouté, qu’en faisant siennes les résolutions du CS de l’ONU, l’Assemblée confirme la prééminence et l’adéquation de l’initiative d’autonomie à l’objectif recherché, à savoir une solution de compromis où personne ne sera perdant et tout le monde sera gagnant”.

De même, a-t-il relevé, par cette résolution, l’Assemblée générale “reconnaît ipso facto la nécessité du recensement des populations des camps de Tindouf, conformément au Droit international humanitaire et à la pratique du Haut Commissariat aux Réfugiés”.

L’ambassadeur a, en outre, réitéré la “disponibilité du Maroc à oeuvrer sans relâche à la relance du processus de négociation sur les bases claires et saines systématiquement réaffirmées depuis cinq ans par le Conseil de sécurité”.

16/10/2012