La dégradation de la situation sécuritaire à Tindouf offre des "ouvertures" aux groupes terroristes de la région

La dégradation de la situation sécuritaire dans les camps de Tindouf, au sud-ouest de l'Algérie, et la perpétuation du conflit du Sahara offrent des "ouvertures" à l’intensification des activités des groupes terroristes qui sévissent dans la région, met en garde un rapport du prestigieux think tank US, Potomac Institute.

"Il est impératif d’œuvrer à la résolution des conflits interrégionaux qui offrent des ouvertures aux groupes terroristes qui ambitionnent d’entraver la sécurité et la coopération économique, tel que le conflit du Sahara et la dégradation de la situation dans les camps de Tindouf", souligne le rapport intitulé: "Terrorisme en Afrique du nord et au Sahel".

Le document, publié à la veille de la tenue à Washington du sommet de la Maison Blanche sur l’extrémisme violent, recommande en outre une collaboration "accrue" de la part de la communauté internationale des donateurs afin de veiller à ce que l’aide humanitaire destinée aux populations séquestrées à Tindouf ne soit pas détournée dans le but d’assouvir la cupidité des chefs du polisario ou d’être affectée à des fins militaires.

Un rapport accablant réalisé par l'Office européen anti-fraude (OLAF) identifie clairement, à ce propos, les mécanismes bien rodés de détournement par les séparatistes de l'aide humanitaire internationale destinée aux séquestrés de Tindouf, en déplorant que des millions d'euros sont siphonnés chaque année par les chefs du Polisario pour leur propre enrichissement.

Rappelons que les conclusions du rapport de l'OLAF font écho aux témoignages oculaires et à ceux du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés qui avaient fait état depuis un certain temps de pratiques routinières de détournements de l'aide humanitaire de la part du Polisario, aide qui était destinée aux populations de Tindouf.

18/02/2015