Dénonciation des détournements des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf

Alors que l’Union européenne a récemment accusé Alger de détourner les aides humanitaires destinées aux Sahraouis séquestrés à Tindouf, un Espagnol, expert dans le domaine des réfugiés et consultant auprès de plusieurs agences européennes spécialisées, Jaime Rodriguez, a déclaré que l’affaire de ce qui s’appelle ‘’les réfugiés sahraouis de Tindouf’’ est devenue, en réalité, une entreprise commerciale sans frontière qui profite d’abord aux généraux algériens puis aux dirigeants du Polisario et en troisième lieu à un groupe de commerçants en Mauritanie et au Mali.
Rodriguez qui a visité, à plusieurs reprises, les camps de Tindouf, dans le cadre de missions humanitaires, a déclaré que les composantes de cette troïka s’enrichissent grâce aux aides humanitaires, financières et autres que reçoit le Polisario d’un grand nombre de pays et d’organisations dans le monde.
L’expert espagnol a indiqué qu’en compagnie d’une équipe d’acteurs du domaine humanitaire, il a pu suivre l’acheminement des aides humanitaires et leur commercialisation, particulièrement sur les marchés mauritaniens qui constituent le débouché le plus proche pour l’écoulement de ces produits. Il a ajouté qu’une importante partie des aides débarquées dans les ports algériens est commercialisée sur les marchés locaux et que des officiers supérieurs et des responsables influents s’accaparent du produit des ventes de ces matières. Le reste des aides est acheminé vers les camps de Tindouf où, après que les responsables du Polisario furent servis, une infime quantité est distribuée aux populations qui observent, impuissantes, la plus grande partie de ces aides embarquée sur des camions partant vers les marchés mauritaniens et maliens, où leur commercialisation est confiée à des courtiers au service des responsables du Polisario et passés maîtres dans ce genre de transactions et qui écoulent la marchandise à quelques kilomètres de l’entrée nord de la ville de Zouerate, ville minière mauritanienne à 750 kilomètres au nord de la capitale, Nouakchott.
Rodriguez a indiqué que ces aides alimentaires commercialisées de cette manière sont composées de produits vitaux et indispensables pour les populations des camps dont des médicaments, du sucre, du thé, du lait en poudre, de l’huile. Ce qui est en contradiction avec les allégations des dirigeants du Polisario qui prétendent que ces aides ne répondent pas aux besoins des populations qui ne sont pas habituées à ce genre de produits.
Par ailleurs et toujours dans ce sens, en réaction à ces révélations, le député européen, Gilles Pargneaux, a demandé un recensement des Sahraouis des camps, déclarant que « les détournements des aides alimentaires européennes des camps de Tindouf par des dignitaires du Polisario sont simplement scandaleux ». M.Pargneaux a souligné que la surévaluation de la population des camps de Tindouf a permis l’établissement de ce système élaboré de détournement et de revente de l’aide alimentaire européenne. Estimant que l’Union européenne qui ne peut être un pourvoyeur de fonds aveugle au Sahara et afin d’éviter les détournements, mais surtout pour donner une nouvelle impulsion au règlement du conflit du Sahara, doit exiger un recensement. Ajoutant qu’il demandera à la commission de contrôle budgétaire du Parlement européen de se saisir de la question pour faire toute la lumière sur ce qu’il considère « comme une instrumentalisation honteuse du conflit du Sahara ».

02/02/2015