Les députés européens appellent l'UE à suspendre l'aide humanitaire destiné à Tindouf si le recensement est bloqué par l'Algérie

Une proposition de résolution visant à suspendre l’octroi de l’aide humanitaire aux camps de Tindouf, pour cause de détournement des fonds par le Polisario avec la complicité des autorités algériennes, a été soumise lundi soir à la présidence du Parlement européen.

Présentée par plusieurs eurodéputés de divers Etats membres de l’UE, la proposition de résolution demande à la Commission européenne de suspendre immédiatement l’octroi de l’aide humanitaire aux camps de Tindouf tant qu’un recensement du nombre des populations de ces camps ne sera pas effectué par le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR).

Le projet de résolution ‘condamne aussi l’attitude des autorités algériennes qui refusent de coopérer avec le HCR pour établir un recensement transparent et lutter contre le détournement de l’aide humanitaire par le Front Polisario ».

Les parlementaires européens signataires de cette proposition de résolution motivent leur initiative par l’existence d’un réseau de détournement de l’aide humanitaire qui profite de la générosité de l’UE depuis plusieurs années et par l’opposition de l’Algérie et du Polisario à l’organisation par le HCR d’un recensement fiable de la population de Tindouf.

Un rapport de l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) datant de 2007 et rendu public fin janvier dernier après une intervention du Médiateur européen fait état de détournements massifs et organisés depuis plusieurs années par l’Algérie et le Polisario de l’aide humanitaire internationale destinée aux populations séquestrée dans les camps de Tindouf dans le sud-ouest algérien.

Seule la partie de l’aide permettant aux populations des camps de Tindouf de survivre est distribuée. Le reste est vendu dans des marchés étrangers pour le compte de hauts officiels algériens et des dignitaires du Polisario, souligne l’OLAF qui attribue ces détournements à la surestimation du nombre de la population de Tindouf et donc des aides fournies.

L’UE soutient financièrement les camps de Tindouf depuis 1975, sur la base d’une population évaluée par les autorités algériennes à 155.000 personnes. Ni l’Algérie ni le Front Polisario n’ont accepté qu’un recensement des populations des camps de Tindouf soit organisé malgré les demandes formelles du HCR en 1977, 2003 et 2005 en vue de continuer à tirer profit de la manne humanitaire.

24/03/2015

Commentaires (1)