Une délégation militaire espagnole a effectué une visite en Mauritanie. Hier, l'agence officielle AMI annonçait que le chef d’état-major des armées espagnoles, le général d’armée Fernando Alejandro Martinez, a été reçu à Nouakchott par le ministre mauritanien de la Défense Diallo Mamadou Bathia. "L’entrevue a porté sur les différents volets de la coopération existant entre les deux pays, notamment dans le domaine de la défense", précise la même source.

Ce matin, la publication en ligne Anbaa.info a avancé que des militaires espagnols et mauritaniens, conduits par le général Martinez et son homologue Mohamed Cheikh Mohamed Ahmed (Ould El Ghazouani), très proche du président Ould Abdel Aziz, auraient effectué un déplacement "en catimini" et de manière "brève" à Lagouira. Le site d'actualité n'est pas revenu ensuite pour traiter l'"information" en vue de la développer et d'y apporter de nouveaux éléments sur cette étrange "visite".

"Pas de visite à Lagouira"

Contactée par Yabiladi une source assure qu'"aucune délégation militaire espagnole ne s'est rendue ce mardi 6 mars à Lagouira. Les Espagnols savent parfaitement l'extrême sensibilité de la zone pour le Maroc". Et d'ajouter que les voisins du nord "n'ont pas besoin, en ce moment précis, d'irriter les responsables marocains par une telle démarche".

En revanche elle affirme que les discussions entre les deux parties ont porté essentiellement sur les moyens à même de lutter contre les réseaux de l'immigration clandestine. Et de rappeler que le ministre espagnol de l'Intérieur, Juan Ignacio Zoido, a visité le 12 février Nouakchott où il s'est réuni avec son homologue mauritanien, Ahmedou Ould Abdellah.

Les Espagnols craignent en effet un remake des arrivés massives de migrants de 2006, partant des des côtes mauritaniens et sénégalaises vers les Iles Canaries. L'Espagne a d'ailleurs envoyé au voisin du sud une vingtaine d'éléments de la Guardia Civil qui effectuent des patrouilles terrestres et marines. Un hélicoptère se charge des missions aériennes. Des policiers sont également déployés à Nouadhibou, ville de départ des embarcations de migrants à destination des Iles Canaries, indique El Pais.

07/03/2018