Bruxelles – Les détournements massifs par le polisario de l’aide humanitaire destinée aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf en Algérie est revenu une nouvelle fois au devant de la scène au Parlement européen.

Plusieurs eurodéputés refusent la politique du fait accompli et n’acceptent pas que l’exécutif européen fasse l’impasse sur cette affaire, car il s’agit de l’argent du contribuable européen utilisé à mauvais escient.

C’est le cas de l’eurodéputé Hugues Bayet (S&D) qui a interpelé récemment la haute représentante de l’Union européenne pour les affaires extérieures et la sécurité, Federica Mogherini sur les suites qu’elle a réservées au rapport de l’Office européen de Lutte antifraude (OLAF) qui avait révélé que des quantités diverses de l’assistance financée par la Commission européenne sont détournées de leurs destinataires depuis plusieurs années par le polisario sous l’œil bienveillant d’Alger.

Il s’agit, selon l’OLAF, d’un trafic qui n’est pas épisodique, mais qui s’inscrit dans la régularité et dans lequel sont impliqués des dirigeants du front polisario avec un soutien logistique et organisationnel de l’Algérie.

Le député européen rappelle que l’année dernière, suite à ces révélations, le Parlement européen avait demandé à la Commission européenne de procéder à ‘une évaluation précise” du nombre de bénéficiaires de l’aide et de s’assurer que les populations des camps de Tindouf sont bien les destinataires de cette aide, notant qu”’elles sont les premières victimes de ces irrégularités”.

Le député européen déplore également le fait que le communiqué de presse qui avait sanctionné les travaux du dernier Conseil d’association Maroc-UE est resté ‘très vague” sur les thèmes abordés et qu”’il n’y est pas fait mention de la problématique des camps de Tindouf”, en Algérie, notamment les conclusions du rapport de l’OLAF qui pointait ‘la surestimation” du nombre des bénéficiaires de l’aide.

Le détournement de l’aide humanitaire destinée aux populations de Tindouf reste impunément sans suites et l’Union européenne n’a toujours pas pris de mesures pour justifier le gouffre financier de dizaines de millions d’euros dilapidées par le polisario, aidé en cela par l’Algérie.

Députés européens, experts et responsables de tous bords ne cessent d’attirer l’attention des institutions européennes sur cette problématique qui dénote un manque de vigilance flagrant de la part de l’UE tel que révélé par l’OLAF.

Pour le député européen, Gilles Pargneaux, tant que le parlement européen n’a pas suffisamment d’éléments sur cette question, il demandera à chaque fois des éclaircissements à la Commission européenne sur la destinée de l’argent du contribuable européen et sur les suites à donner au rapport de l’OLAF, avait-t-il souligné dans une récente déclaration à la MAP.

La Commission européenne, avait-il expliqué, ne saurait minimiser l’impact de ces détournements massifs sur le budget de l’UE, et partant vider l’enquête de l’OLAF de sa substance.

L’exécutif européen, rappelle-t-on, attribue chaque année depuis 1991 une aide humanitaire de 10 millions d’euros censée parvenir aux populations des camps de Tindouf, en Algérie.

Suite aux irrégularités qui entachent l’acheminement de cette aide, plusieurs organisations internationales ont décidé de réduire ou suspendre leurs subsides, notamment le PAM et le HCR.

En Espagne, l’organisation syndicale Manos Limpias a récemment déposé une plainte contre des ONG espagnoles et le polisario pour détournement des aides humanitaires. Elle accuse le président de la Coordination espagnole des associations solidaires avec le Sahara (CEAS-Sahara), Jose Taboada, ainsi que des dirigeants de la pseudo-rasd d’être à l’origine d’une fraude de 20 millions d’euros et de détournements massifs des aides destinées aux populations de Tindouf.

Le syndicat pointe du doigt la manipulation des données relatives au nombre de bénéficiaires de l’aide, le détournement de fonds et la vente de produits alimentaires dans des pays voisins à des fins de financement de projets terroristes et d’achat d’armes au profit du polisario et de l’Algérie.

 

01/03/2016