Dakhla - Les travaux des ateliers sur les droits économiques et sociaux dans les Provinces du sud (12 et 13 mars) se sont ouverts mardi à Dakhla, avec pour objectif de poursuivre les efforts en vue de concevoir un modèle régional intégré susceptible de faire face aux défis auxquels sont confrontés ces provinces.

Ces ateliers se penchent sur les thématiques de "l'action associative et le développement participatif", "la gouvernance économique et le climat des affaires" et "l'accès aux services de base et le développement humain". 

 

Dans cette perspective, les participants examineront le rôle des acteurs associatifs dans la mise en Âœuvre d'un modèle de développement approprié et les moyens de les mobiliser dans la finalité de réaliser un développement économique, social, culturel et environnemental qui soit au service des populations locales. 

 

Ils se pencheront également sur des sujets tels que "la gouvernance économique, le climat des affaires, les conditions de transparence et le rôle des institutions financières", "réconcilier le développement économique, social et solidaire et les grands projets structurants", ainsi que "le rôle des femmes et des jeunes dans la promotion des activités économiques de la région". 

 

En outre, les participants à ce conclave aborderont les défis économiques et le développement humain au niveau des provinces du Sud, l'accès aux services de soins de base, l'amélioration du système éducatif et de formation professionnelle, la qualification des jeunes, ainsi que la participation des provinces du sud dans la mise en place et l'exécution des politiques sociales. 

 

Le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Chakib Benmoussa, a souligné dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général du Conseil, Driss Guerraoui, que l'organisation de ces ateliers vient couronner les rencontres tenues durant janvier dernier par les membres de la commission spéciale relevant du CESE en charge de la mise en place d'un modèle de développement régional en concertation avec les différents acteurs concernés de la région de Oued Eddahab Lagouira. 

 

Les membres de cette commission ont tenu dans la région 16 réunions avec environ 741 acteurs de la région, dont des associations professionnelles, des centrales syndicales, des représentants de la société civile, des élus, des acteurs économiques et des représentants des autorités locales, outre des contributions transmises au Conseil via son portail électronique, a-t-il dit. 

 

Après avoir rappelé les principales conclusions de ces rencontres, Benmoussa a signalé que l'objectif de cette manifestation est d'approfondir le débat sur des sujets qui revêtent un caractère urgent et prioritaire, tels que les services de base, le développement humain, le travail associatif, le développement participatif, ainsi que la gouvernance économique et le climat des affaires. 

 

Les résultats de ces chantiers permettront au Conseil d'élaborer un rapport périodique fin mars et de le présenter durant le mois d'avril, a relevé Benmoussa, ajoutant que cette étape sera suivie par la préparation d'un deuxième rapport périodique en vue d'approfondir l'examen des réformes majeures et des projets structurants (juin), la mise en place des plans de développement relatifs à chaque région (fin septembre) et la préparation d'une synthèse des recommandations du Conseil au sujet du modèle de développement escompté (fin octobre). 

 

Conscient de l'importance de la composante culturelle dans l'élaboration du modèle de développement de la région, a-t-il ajouté, le CES organisera une rencontre nationale sur le rôle du patrimoine culturel dans la mise en place de ce modèle de développement et qui connaitra la participation d'experts nationaux et internationaux et des acteurs locaux concernés. 

 

Ces démarches seront entreprises avec la même approche participative adoptée par le Conseil depuis sa création, et ce à travers des réunions élargies, des ateliers de travail ciblés et concrets, ou encore à travers les contributions reçues par le biais du site électronique du Conseil, a-t-il souligné.

 

13/03/2013