Le gouvernement et le parlement danois ont été interpellés sur le scandale du détournement de l’aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf et sur l’urgence d’un recensement des populations retenues dans le sud algérien, a rapporté la MAP.

“En tant que citoyens et contribuables danois et européens, nous demandons des clarifications sur la position du gouvernement sur le détournement de l’aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf en Algérie que le rapport de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF) a révélé”, lit-on dans une lettre publiée sur le site du parlement danois, adressée par le Forum dano-marocain au chef de la diplomatie du pays scandinave, Kristian Jensen. 

 

Dans cette missive, destinée également à la Commission des Affaires étrangères du Folketinget (parlement), l’ONG s’interroge sur les recours à engager par Copenhague au sein de l’UE contre les personnes impliquées dans ces détournements et pour exiger de l’Algérie une compensation financière pour l’argent pillé par ses responsables mis en cause. 

 

“Nous exhortons en outre le gouvernement danois à accélérer la mise en œuvre du dernier appel européen sur l’urgence d’un recensement des populations des camps comme préalable à l’envoi de l’aide humanitaire”, selon le document signé par le président du Forum, Anwar Touimi. 

 

Dévoilé en 2015 par l’Office européen contre la fraude, le vol de l’aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf revient avec insistance au vu de la multiplication des appels d’eurodéputés et d’ONG des droits de l’homme pour une action ferme afin que cesse ce pillage indécent. 

 

Pour ce faire, le recensement des populations séquestrées au sud de l’Algérie revêt un caractère urgent comme l’a martelé tout récemment la chef de la diplomatie européenne, Federica Magherini en écho aux appels du Conseil de sécurité de l’ONU et aux recommandations du HCR et d’autres organisations internationales.

09/03/2016