Des documents apportent la preuve de la politique de Stockholm contre Rabat

Le gouvernement marocain a révélé ce dimanche l'existence de documents officiels prouvant l'implication des pouvoirs exécutif et judiciaire suédois dans la politique agressive menée contre l'intégrité territoriale du Maroc.

Le gouvernement Benkirane a révélé ce dimanche 4 octobre l'existence de plusieurs documents officiels suédois, prouvant de manière irréfutable l'implication des pouvoirs exécutif et judiciaire de la Suède ainsi que des ONG dans une politique hostile ininterrompue, menée contre l'intégrité territoriale du Maroc.

 

Le360 a réussi à obtenir des copies de quatre documents officiels suédois dont deux concernent distinctement une ONG connue sur la place pour son hostilité au Maroc, et un verdict du tribunal de Gothenburg qui avait conclu à l'"illégalité" des activités menées, en 2007 et 2008, par deux navires suédois dans les eaux territoriales du sud du Maroc.

 

Ces quatre documents s'inscrivent en faux contre les déclarations "apaisantes" de la chef de la diplomatie suédoise, pour qui le "tapage" actuel ne concernerait uniquement "qu'une réévaluation interne" de la position de la Suède au sujet de notre unité nationale. Que voudrait dire "réévaluation", si ce n'est une autre étape dans l'animosité que nourrit Stockholm à l'encontre du Maroc, estiment les observateurs.

 

Le premier document évoque l'affaire de l'ONG "EMMAUS" de Stockholm qui finance des campagnes anti-marocaines et dont la plus méprisable concrerne une attaque contre les sociétés de distribution d'hydrocarbures (par tankers) qui approvisionnent en produits pétroliers les villes de Laâyoune et Dakhla. Cette ONG paye cash et en millions d'euros pour que les approvisionnements cessent.

L'autre preuve implique la Caisse des retraites de Suède dont des parts avaient été investies dans une société canadienne ayant des relations commerciales avec l'OCP. La pression suédoise a fait que ladite caisse des retraites ait retiré en 2014 son investissement du Canada pour amener la société canadienne à arrêter son commerce avec l'OCP. Une copie de la commission d'éthique de cette Caisse apporte la preuve de cette adversité.

 

Le quatrième document concerne la scandaleuse déclaration de l'ancien ministre du commerce de Suède. Celui-ci avait déclaré publiquement devant le parlement suédois que "l'accord commercial qui lie le Maroc à la Suède n'inclut pas les produits qui viennent du Sahara". Pire, il avait ajouté que cette position offcielle avait été réitérée par lui-même devant la Commission européenne.

 

Le gouvernement suédois ne peut plus avancer que les produits marocains qui font vivre des milliers de Marocains ne sont pas boycottés en Suède. Le Maroc a donc décidé d'appliquer la mesure de réciprocité, en boycottant les produis et les sociétés suédoises.

04/10/2015