Des rapports font état d'une coopération accrue entre le 'Polisario' et AQMI

Stockholm - De plus en plus de rapports font état d'une coopération accrue entre le Polisario et le groupe terroriste Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), a souligné le journaliste suédois Bengt Nilsson G, pour qui le Maroc est "l'un des rares pays de la région à lutter activement contre les terroristes islamistes".

C'est dans ce sens que "le Maroc doit bénéficier du soutien de la Suède dans sa lutte contre le terrorisme islamiste", a-t-il ajouté dans un article publié récemment par le quotidien ''Svenska Dagbladet'', relevant que l'attaque terroriste perpétrée à Paris "constitue un rappel brutal de combien il est important pour les pays européens de choisir les bons alliés dans le reste du monde".

Le journaliste suédois a également rappelé qu'au cours des dernières années, ''Al-Qaïda s'est établie dans le nord-ouest de l'Afrique sous la forme du groupe AQMI''. "Le mouvement a été fortement impliqué dans les attaques terroristes et l'occupation pendant deux ans du nord du Mali", a-t-il souligné, ajoutant que "de plus en plus de rapports font état d'une coopération accrue entre le Polisario et AQMI".

"AQMI finance ses activités terroristes via le trafic de drogue et un trafic à grande échelle dans cette région de l'Afrique", relève le journaliste suédois, rappelant que le Suédois Johan Gustafsson a été enlevé par un groupe terroriste islamiste quelque part dans cette vaste région désertique.

"Il est fort possible qu'il se trouve dans la partie du Sahara occidental contrôlée par le Polisario", croit savoir Nilsson G.

Le journaliste a mis en garde contre une éventuelle reconnaissance par la Suède ''d'une organisation terroriste qui prétend représenter le peuple du Sahara occidental".

Pour qu'un pays obtienne la reconnaissance diplomatique, un certain nombre de critères doivent être respectés, insiste le journaliste suédois, à savoir que ce pays doit avoir un territoire défini, une population permanente et un gouvernement qui contrôle le territoire.

Or, note Nilsson G, "le Sahara Occidental ne répond à aucune de ces exigences", ajoutant que le débat en Suède "sur le Maroc et le Sahara occidental témoigne d'une immaturité politique et d'une mauvaise connaissance des réalités politiques".

"Le Maroc lutte actuellement contre les militants islamistes sur plusieurs fronts", souligne le journaliste suédois, ajoutant que les services de sécurité marocains ont arrêté en décembre dernier plus de 30 personnes qui préparaient des attentats.

C'est ainsi que ce pays doit recevoir un soutien suédois dans la lutte contre le terrorisme islamiste, estime Nilsson G.

13/01/2015