DES SÉPARATISTES DE LAÂYOUNE S’ENTRAÎNENT AU MANIEMENT DES ARMES

De plus en plus de séparatistes de l’intérieur se dirigent vers Tindouf pour s’entraîner au maniement des armes.
Les fameuses «universités d’été» organisées à Boumerdes ou à Tindouf au profit des séparatistes de l’intérieur ne sont plus qu’un lointain souvenir. Les images, qui nous parviennent des camps de Lahmada, que Le360 publie ici, démontrent que les séparatistes y reçoivent une formation militaire. Ce jeune frontiste, dont nous reproduisons un cliché en exclusivité, en fait partie. Il s'agit du dénommé Ahl Filali, 31 ans. Selon nos sources, il a regagné Laâyoune il y a vingt jours après avoir bénéficié à Tindouf d'une formation au maniement des armes. «Je suis un sahraoui prêt à la guerre… C’est en ces termes que je compte faire parvenir ma voix au monde entier et lui dire que je peux troquer ma casquette de Gandhi contre celle de Ché Guévara», dit-il en guise de commentaire pour sa photo prise dans un camp d’entraînement militaire à Tindouf.
Il n’est pas le seul à s'être rendu à Tindouf pour recevoir cette formation militaire. D'après nos sources, bien d'autres s'y trouvent actuellement pour s'entraîner au maniement des armes. Ce qui soulève plusieurs interrogations: comment ces jeunes parviennent-ils à se rendre à Tindouf puis retourner à Laâyoune sans être inquiétés? De quel droit osent-ils se montrer, fusils à la main, dans un territoire ennemi, menacer le pays d’actes hostiles et revenir au Sahara marocain sans avoir à répondre de «trahison à la nation»? Les tragiques événements de Gdim Izik sont encore dans les esprits, quand des terroristes ont mis à feu et à sang cette localité située à 10 kilomètres de Laâyoune en égorgeant, au nom d’«Allah Akbar», 11 éléments des forces de l’ordre. Devrait-on alors attendre un Gdim Izik Bis pour agir?

27/01/2015