Des soldats algériens tirent à balles réelles sur un frontalier marocain

Un citoyen marocain a essuyé ce lundi 31 août des tirs de la part des garde-frontières algériens, au moment il franchissait le tracé frontalier. La victime a été évacuée d’urgence ce soir à l’hôpital Al Farabi, à Oujda.

Nouvel incident grave survenu ce lundi 31 août à la frontière est du Maroc avec l’Algérie. Un citoyen marocain a essuyé, en fin de journée, plusieurs tirs de la part des garde-frontières algériens, au moment où il franchissait le tracé frontalier du côté de Béni Drar, dans la région de l’Oriental, révèlent les sources du Le360.

Contactées par Le360, une source médicale à l’Hôpital Al Farabi, à Oujda, où la victime a été évacuée d’urgence en début de soirée, a confirmé l’information. La victime, qui répond aux initiales M.S., a été blessée au pied», dévoile encore la source médicale, précisant qu’une balle lui a été extraite.

Selon une autre source, la victime serait connue dans le milieu de la contrebande de carburant. Une chose reste pourtant sûre : les garde-frontières algériens sont réputés avoir la gâchette facile.

L’incident qui vient de se produire rappelle cruellement celui qui a eu lieu le 28 octobre 2014, quand les garde-frontières algériens ont tiré à balles réelles sur un groupe de civils marocains qui se trouvaient à la frontière maroco-algériennes (Oulad Saleh). L’agression avait fait un blessé grave, un père de famille, âgé de 28 ans.

Réagissant à ce développement dangereux, Rabat avait exprimé sa «vive indignation» et sa «très grande inquiétude».

Mais, semble-t-il, ce n’est pas ainsi que l’entend un voisin délibérément hostile au Maroc.

31/08/2015