Des victimes des attaques terroristes du "Polisario" et de l’ETA honorées par le gouvernement d’Espagne

Madrid, 31 mai 2014 (MAP) - Le gouvernement espagnol a rendu hommage à un total de 16 victimes des attaques terroristes de l’organisation séparatiste basque ETA et celles du "polisario ".

Lors de sa réunion hebdomadaire du Conseil des ministres, tenue vendredi, le gouvernement de Mariano Rajoy (PP) a approuvé des Décrets royaux par lesquels il attribue, "à titre posthume", la " Grand-croix de l'Ordre royal de reconnaissance civile" aux victimes du terrorisme du groupe armé basque ETA et du Polisario et à un
soldat espagnol tué au Liban.

Lors de cette réunion, l’exécutif espagnol a décerné cette distinction particulièrement, à dix membres d’équipage de bateaux ayant été la cible d’actes de piraterie par des milices du polisario dans les années 1978 et 1986.

Des insignes d’honneurs ont été également décernés par le gouvernement espagnol à trois membres de l’équipage du bateau de pêche + Mency de Abona+ tués dans une attaque des milices terroristes du polisario, en octobre 1980 dans les eaux situées entre le sahara et les iles Canaries Ont été également honorés, un membre de l’équipage du navire de pêche +Andes + , qui a été achevé par les éléments du " polisario " lors d’une attaque terroriste, commise le 23 juin 1986 et cinq autres marins du bateau + Cruz del mar +, qui a été la cible des tirs des milices de ce mouvement le 28 novembre 1978.

Le gouvernement de Mariano Rajoy a également décerné la "Grand Croix " à José Hernandez Sosa, membre de l’équipage du bateau " Puente Canario " qui avait été attaqué par le polisario le 10 septembre 1986.

A rappeler que suite à ces attaques terroristes, le gouvernement espagnol de l’époque, dirigé par le socialiste Felipe Gonzalez avait expulsé le représentant des séparatistes à Madrid Ahmed Boukhari et fermé les bureaux du "polisario" en Espagne.

Il y a lieu de signaler que plusieurs dirigeants et membres du polisario sont poursuivis actuellement par l’Audience nationale espagnole, la plus haute juridiction pénale espagnole, avec des officiers de la sécurité et de l'armée algériennes, pour crimes de "génocide, torture, disparitions forcées, détention illégale et violations graves des droits de l'Homme".
Le Polisario est un mouvement séparatiste créé, hébergé et financé par l’Algérie depuis 1975. Ce mouvement de mercenaires par sa revendication, soutenue par le pouvoir algérien, de création d’un Etat factice au Maghreb bloque toute solution du conflit autour du Sahara marocain et tous les efforts d’intégration économique et
sécuritaire régionale.(MAP).

02/06/2014