La diplomatie parallèle débattue à Azemmour

Experts et diplomates se sont réunis samedi 22 novembre à Azemmour pour débattre de la première cause nationale, le dossier du Sahara Marocain

Le Forum Doukkala pour l’innovation et le Développement a organisé le samedi 22 novembre à Azemmour, un séminaire autour de « la Diplomatie parallèle au service de la cause nationale ».

Experts et diplomates y ont pris part, appelant à une dynamisation de la diplomatie parallèle et reprenant ainsi les sages recommandations du roi Mohammed VI dans son dernier discours à l’occasion de la marche verte. Le souverain avait, en effet, rappelé le rôle que devraient jouer société civile et médias dans la promotion de la diplomatie parallèle pour défendre la marocanité incontestable du Sahara, qui demeure l’affaire de toute la nation.

Ont été conviés à débattre de la première cause nationale, l’ambassadeur Mohammed Bouchentouf, président du Club Diplomatique Marocain ; Noureddine Belhadad, professeur universitaire ; Tayeb Dekkar, journaliste ; Abdelfadil Gnidil, professeur chercheur ; Abdellah El Ouazzani, théologien et professeur chercheur et enfin Zine El Abidine El Houssaini, prodesseur chercheur.

Les experts se sont accordés à rappeler qu’il ne faudrait pas se limiter dans la résolution du conflit du Sahara à la diplomatie officielle et encore moins à une approche strictement politique. Exhortant un passage d’une diplomatie défensive à une diplomatie offensive.

Président du forum Doukkala pour l’innovation et le Développement et organisateur du séminaire, Mohammed Erradi Chouffani a déclaré au Quid que « la diplomatie parallèle est dynamique. Notre forum est conscient de la nécessité pour la société civile et les médias de collaborer dans le but de mettre la diplomatie parallèle au service de la première cause nationale : le Sahara Marocain ».

Pour sa part, le président du club diplomatique a salué le rôle des diplomates marocains dans la protection des sacralités nationales, tout en servant la première cause nationale.

La participation effective d’une pléiade de diplomates du Club Diplomatique et des intellectuels résidant aussi bien au Maroc qu’ailleurs, a faite de cette journée, qui n’est autre qu’une pierre de l’édifice visant la dynamisation de la diplomatie parallèle, un modèle de l’engagement citoyen et national d’une émergence associative attachée à l’unité territoriale marocaine et aux sacralités nationales.

24/11/2014