Dans un document daté du 27 juin 2017, l’ambassadeur de la RASD à La Havane demande au ministre de la Santé cubain de ne pas délivrer de diplômes aux étudiants sahraouis à Cuba. Objectif: éviter que les jeunes sahraouis ne fuient.

 

Les jeunes en provenance des camps de Tindouf qui poursuivent leurs études à Cuba, un des principaux alliés des séparatistes, sont étroitement surveillés par la direction du Polisario. Au point que celle-ci refuse que le pays de Fidel Castro délivre les diplômes de fins d’études aux nombreux étudiant sahraouis, dont la majorité sont inscrits en faculté de médecine.

Dans un document daté du 27 juin 2017, l’ambassadeur de la dénommée République arabe sahraouie démocratique (RASD), Malainine Elkana, demande au ministre de la Santé cubain, Roberto Morales Ojeda, de ne pas délivrer de diplômes aux étudiants sahraouis dans les filières de médecine générale. Une demande qui avait déjà été exprimée par le président de la RASD, Brahim Ghali, au ministre de la Santé cubain, comme le stipule le document de l’ambassade sahraouie.

Mais alors qu’est-ce qui a poussé le chef des séparatistes à faire une telle demande? Sans doute pour empêcher les jeunes des camps de Tindouf de fuir Cuba et échapper à la surveillance très étroite que leur impose la direction du Polisario dans l’île caribéenne.

 

01/09/2017