LE DOSSIER DU SAHARA VU PAR LE RNI À DAKHLA

Salaheddine Mezouar, chef du RNI, a mis en garde à Dakhla les "voisins" et les séparatistes de Tindouf contre l'absence de réactivité aux propositions marocaines visant à mettre fin au conflit du Sahara, via le plan d'autonomie. Il s'est interrogé sur les "manigances" de l'Algérie et du polisario.

Dans un discours prononcé lors d'une réunion de son parti à Dakhla et dont une copie est parvenue à LE360, le ministre des Affaires étrangères a averti aussi contre les risques de frappes terroristes qui proviendraient des camps: "Le Maroc est attaché à la stabilité dans la région, ouvrant ses bras vers l'autre et privilégiant l'appel à la raison mais l'absence de réactivité des voisins nous pousse à renforcer les craintes sur ce qu'ils manigancent et sur ce qu'ils préparent, sachant que les conflits prennent des allures inhabituelles avec l'entrée en lice du terrorisme comme élément dévastateur. Les changement géo-stratégiques constituent une nouvelle menace. Nous savons que dans les camps, on se dirige vers la formation massive de terroristes".

Le ministre a rappelé par ailleurs la "position ferme de Sa Majesté qui a récemment souligné que tout changement dans l'approche de règlement de ce dossier trouvera en face une réaction marocaine de la même ampleur que la menace". Mezouar a en outre évoqué la régionalisation estimant que c'est la première fois que "l'Etat abordera prochainement la mise en oeuvre de ce projet appelant les militants RNIstes à constituer son premier peloton". Le patron du RNI a par ailleurs dressé "un bilan positif" de sa participation au gouvernement, citant les réalisations accomplies et appelant à la promotion des jeunes et de la femme.

Avant de s'envoler pour Bruxelles où ils sont attendus lundi devant le Conseil de l'Europe, Salaheddine Mezouar et Mbarka Bouaida étaient à Dakhla, ce week-end, pour une réunion du bureau politique du RNI. Pour la photo souvenir, ses membres, dont Rachid Talbi Alami, ont revêtu l'habit sahraoui.

14/12/2014