Londres : La revue britannique à grand tirage, The Economist, a fait la lumière, dans sa dernière livraison parue vendredi, sur la situation des droits de l'Homme en Algérie, soulignant que ce pays se trouve "assiégé par les terroristes et par son propre gouvernement".

L'Algérie est assiégée à la fois par les terroristes et par son propre gouvernement", qui pratique une répression à grande échelle, a indiqué la revue dans une analyse de la situation dans certains pays africains. 

Sélectionnant l'Algérie parmi un groupe de pays qui font face à de nombreux problèmes notamment politiques, la revue souligne que ceux qui critiquent le gouvernement algérien disparaissent dans les prisons ou sont torturés. 

Ces personnes ont rarement accès à des avocats, ajoute The Economist, relevant que "les prisons sont toujours pleines de personnes qui doivent pas s'y trouver". 

Parmi les cibles de cette répression figurent les activistes civils, qui demeurent le meilleur espoir d'y mettre fin, indique la même source. 

Agissant à l'intérieur du système, ces activistes réussissent parfois là où les diplomates étrangers ont échoué, note la revue. 

"Le changement vient lentement", explique sous couvert de l'anonymat un militant d'Ouargla, une ville universitaire située près de la frontière avec la Tunisie et la Libye.

 

01/03/2013