Rabat -La communauté internationale est "convaincue plus que jamais de l’efficacité du plan d’autonomie pour le règlement du conflit du Sahara et d’autres différends similaires", a souligné le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Saad Dine El Otmani.

 Dans un entretien au journal "Akhbar Al Youm" publié jeudi, El Otmani a mis en avant la "prise de conscience croissante par la communauté internationale des efforts du Maroc visant à trouver une solution politique crédible" à la question du Sahara, soulignant qu’après "leur déconvenue sur le plan politique, les ennemis de l’intégrité territoriale ont opté pour une fuite en avant, en soulevant les questions des droits de l’Homme, des ressources au Sahara et d’autres dossiers pour brouiller la solution politique". 

 

Le ministre a souligné particulièrement la pertinence de la proposition d’autonomie sur le plan international, relevant que "le modèle de l’Etat du Mali est clair dans ce domaine". Il a rappelé dans la même veine que le Conseil européen, qui regroupe 47 Etats, a mis en avant, dans une recommandation, l’importance de la solution d’autonomie dans le nord du Mali, faisant remarquer que de telles propositions sont utiles pour le règlement de ces conflits dans la région du Sahel et autres régions sur lesquels plane le spectre de la guerre et du séparatisme. 

 

L’évaluation faite par le Maroc au sujet du processus de négociations et de la manière dont le représentant personnel du SG de l’ONU pour le Sahara a géré son mandat, avait le mérite d’attirer l’attention de l’organisation onusienne sur les erreurs et dérapages ayant entaché ce dossier, a expliqué M. El Otmani, ajoutant que "nombre d’acquis ont été engrangés grâce à ces efforts". 

 

Il a rappelé, à ce propos, que Ban Ki-Moon avait assuré, lors de son entretien téléphonique avec le Roi Mohammed VI, que l’ONU n’envisage aucune modification des termes d’exercice de sa médiation. Par la suite, c’est Christopher Ross qui affirmera, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, que "les négociations se trouvent à l’impasse et qu’il est indispensable d’opter pour une nouvelle méthodologie basée sur les navettes diplomatiques plutô t que sur les négociations directes", a relevé le ministre. 

 

Et d’ajouter que les adversaires de l’intégrité territoriale tentent désespérément de perturber l’avancement de la solution politique parce qu’"ils savent pertinemment que le bilan compromettant du Polisario en matière des droits de l’Homme peut traîner en justice les bourreaux du front séparatiste".

14/03/2013