Elections : le Polisario ulcéré par la forte mobilisation au Sahara occident

Le Polisario est mis à l’épreuve des élections communales et régionales du 4 septembre au Maroc, au vu des implications de l’élection des conseils des régions pour la première fois au suffrage universel direct, et de la forte mobilisation de la population dans le territoire du Sahara occidental.

Les conseils des régions qui seront issus de ce vote direct devraient accélérer la mise en œuvre du projet de la régionalisation. Un projet préfigurant le plan d’autonomie dans la région du Sahara occidental proposé par le Maroc, et qui a été qualifié par le Conseil de sécurité de base « sérieuse et crédible » pour un règlement de ce conflit régional. Un différend qui bloque la construction du projet de Grand Maghreb et qui met en confrontation depuis 40 ans le Maroc et l’Algérie, cette dernière apportant un soutien politique et militaire au Front Polisario.

Le défi pour le mouvement indépendantiste sahraoui est d’autant plus grand que ses appels répétés pour la non-participation des sahraouis à ces élections locales et régionales au Maroc n’ont pas eu d’échos. Pire encore, plusieurs parmi ses sympathisants au Sahara occidental se sont porté candidats à ces élections aux conséquences décisives pour l’avenir de la région.

D’ailleurs ceux que le Polisario qualifie de « séparatistes de l’intérieur » parmi ses partisans ont été complètement éclipsés par l’ampleur de la mobilisation des sahraouis lors de la campagne électorale. A tel point que la direction du Front indépendantiste n’a pas caché son fort embarras de cette mobilisation qui bat en brèche ses prétentions de représentativité des sahraouis.

Au sein de la hiérarchie du Polisario, plusieurs figures ont ouvertement critiqué les sahraouis de « l’intérieur » pour leur participation à des élections qui consacrent incontestablement, estiment-ils, la souveraineté du Maroc sur la région du Sahara occidental.

05/09/2015