Les salariés marocains de la MINURSO ont adressé un courrier de protestation à Ban Ki Moon.

Les employés marocains de la MINURSO, après s’être organisé en un mouvement syndical, en l’occurrence l’ODT, ont signé des lettres de protestation au secrétaire général des nations unies Ban Ki-Moon, au ministère marocain de l’emploi, au centre national des droits de l’homme et aux instances et organisations internationales des droits de l’Homme. 

 

Les protestataires, selon le quotidien arabophone Annahar Al Maghribya, se sont dressés contre un projet de licenciement abusif les concernant, manigancé par les responsables onusiens étrangers de la MINURSO. 

 

Selon Rachid Abidar, membre du bureau exécutif de l’ODT et responsable syndical à Laâyoune, les employés de la MINURSO vivent une situation sociale difficile en raison de l’intention de cette mission onusienne aux pratiques douteuses,  de licencier des dizaines d’entre eux et de fixer les horaires de travail pour les autres qui seront retenus. 

 

A noter que depuis son installation à la direction de la MINURSO, l’allemand Wolfgang Weisbrod-Weber, qui avait été le pilote onusien de la séparation du Timor oriental de l’Indonésie où il était en poste, il s’en était pris aux fonctionnaires marocains de la MINURSO, voulant s’en débarrasser, comme premier pas dans sa stratégie de démarocanisation du Sahara. 

 

A noter également que la plupart de ses salariés marocains de la MINURSO, sont des travailleurs du nettoyage, jardinage, gardiennage ou conducteurs en plus de ceux dépendant de sociétés de sécurités contractuelles avec la mission onusienne.

 

20/04/2013