Abdelmamek Alaoui est président de l’association marocaine de l’intelligence économique, il a commenté les récents développements en cours dans le sud –est algérien, marqués par la prise d’otages étrangers et l’échec sanglant de l’armée algérienne à les libérer.

Il est désormais avéré par les faits, que l’Algérie est incapable d’assurer sa sécurité sans la coopération de ses voisin, spécialement le Maroc ». 

 

Ainsi introduit son propos, le président de l’association marocaine de l’intelligence économique, Abdelmamek Alaoui, en commentaire du carnage parmi les otages d’In Amenas, causée par une intervention peu fiable de l’armée algérienne. 

 

Alaoui remarqua que vue la difficile situation où se trouve l’Algérie aujourd’hui, celle-ci a bien besoin de la solidarité du Maroc, ainsi que celle de tous ses voisins, afin de «s’assurer une parfaite maitrise sécuritaire de ses vastes territoires». 

 

Evoquant l’opération de prise d’otages au site gazier de BP d’In Amenas, réussie par le groupe intégriste violent ‘les Signataires par le sang ’, Alaoui, indiqua qu’il «ne peut s’agir d’opération improvisée, mais la manière dont elle fut exécutée, renseigne sur les préparations et l’organisation parfaites des terroristes et de leurs ramifications locales». 

 

Pour Alaoui, qui fit ses déclarations à la MAP, «la lutte contre le terrorisme se doit de prendre source, dans l’institution d’une économie alternative à celle en place aujourd’hui, et qui fait  par ses opacités et ses injustices, terreau fertile au idéologies terroristes». 

 

En suite, Abdelmalek Alaoui souligna que réduire à néant le terrorisme est une dure tache, ne pouvant réussir que passant à travers une pleine coordination sécuritaire entre les pays de la région, conduits par le couple des grands du Maghreb, le Maroc et l’Algérie.

18/01/2013