LES FAR EN ÉTAT D’ALERTE AUX FRONTIÈRES SUD-EST DU ROYAUME

L’armée marocaine a élevé le niveau d’alerte à son plus haut point aux frontières sud-est du royaume, sur fond de violents affrontements entre les forces mauritaniennes et des contrebandiers armés.

Les Forces armées royales ont renforcé leur présence à la frontière avec la Mauritanie, en prévision d’éventuelles incursions d’éléments d’un réseau international de trafic de drogue. Cette mesure a été prise par l’état-major des FAR sur la base de renseignements provenant de la Mauritanie selon lesquelles l’armée mauritanienne poursuivrait des réseaux de contrebande en essayant de les repousser vers la frontière marocaine, révèle Al Massae, dans son édition de ce mercredi 28 janvier. «Des contrebandiers mauritaniens et algériens utilisent des voitures de type 4X4 non immatriculées en empruntant des chemins escarpés à travers monts et vallées, à l’abri des regards des bataillons de l’armée», indique la même source, en faisant état d’un rehaussement du niveau d’alerte dans les bases militaires du sud marocain. Citant des rapports sécuritaires, Al Massae indique que des bandes mafieuses internationales spécialisées dans le trafic de drogue et d’armes, dirigées par des personnes activement recherchées par la police internationale, Interpol, s’activeraient dans le vaste no man’s land saharien se trouvant entre le territoire marocain et mauritanien, surnommé «Kandahar».

Des contrebandiers séparatistes dans le viseur
Les mêmes rapports sécuritaires pointent du doigt des trafiquants de drogue et d’armes appartenant à la bande du Polisario, en plus d’autres issus des tribus touaregs algériennes également recherchés par Interpol. «La surveillance a été resserrée particulièrement autour de la région frontalière dite « Oued Ennamouss, à 50 kilomètres de Foum Zguid, province de Tata», relève Al Massae, en soulignant que les postes frontières ont été équipés de systèmes de radar ultrasophistiqués. Parallèlement à ces mesures anticipatives, les Forces armées royales mèneraient actuellement une vaste opération de ratissage des frontières sud-est du royaume, notamment à la frontière sud avec l’Algérie, poursuit le quotidien, en indiquant que des éléments de la tribu Rguibat établie à Tindouf sont actuellement vivement recherchés pour leur rôle dans le trafic d’armes, de drogue et de voitures volées.

27/01/2015