Le Maroc vient d’envoyer un message clair au “polisario“ et à l'Algérie. Dans sa dernière livraison, la revue des Forces Armées Royales a confirmé publiquement une information qui circulait dans les milieux informés: des manœuvres inédites interarmées viennent d’être organisées, simulant une agression fictive et des opérations au-delà du mur de défense pour repousser l’ennemi et faire respecter les frontières du Maroc.

 Cet exercice appelé “Tafilalet 2018“ est clairement un message aux parties adverses, en plus de ses objectifs d’organisation et d’interopérabilité. Il s’est déroulé du 22 mars au 7 avril, en pleine crise internationale autour de la zone située au-delà du mur de défense au Sahara.

Souvenez-vous. Le dimanche 1er avril, le parlement et la primature ont vécu une journée marathon empreinte de gravité. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, informait les députés, les partis politiques et le gouvernement, des actions menées par “le polisario“ pour transférer une partie de ses structures de Tindouf où elles se trouvent à Tifariti et Bir Lahlou. Le Maroc a alors évoqué une violation de l’accord militaire n°1 et une rupture du statu quo. Une source autorisée a déclaré ce jour à Médias24: “Toutes les options sont ouvertes“.

La tension a persisté jusqu’à fin avril lorsque le conseil de sécurité a adopté une résolution qui a conforté la position marocaine, mettant notamment en garde contre la rupture du statu quo instauré par le cessez-le-feu de 1991 et l’accord militaire de 1997-98.

Le Maroc avait étayé ses accusations en fournissant des images satellites dont on peut deviner qu’elles proviennent des observations du satellite Mohammed VI-A.

“Toutes les options sont ouvertes“, ce n’étaient pas des mots en l’air, comme on va le voir.



Source des photos: Revue des Forces Armées Royales. N°384. Exercice Tafilalet 2018.



Dans cette ambiance de grande tension, des mouvements de troupes marocaines du nord vers le sud ont été signalés sur les réseaux sociaux et par des médias qui les ont interprétés comme des renforts qui se dirigeaient vers le Sahara marocain.

En réalité, ces mouvements de troupes étaient destinés à l’exercice “Tafilalet 2018“ qui s’est déroulé à la même époque au sud d’Errachidia. L’existence de cet exercice, son concept de base, sa date ainsi que quelques photos ont été dévoilés dans la nouvelle édition de la revue des FAR (n°384). Depuis l’arrivée du général Elouarrak, la communication des FAR est plus ouverte.

La revue des FAR explique donc que cet exercice s’est déroulé dans le cadre de la “mise en condition opérationnelle des unités de la Zone Nord et en vue de développer l’interopérabilité, les capacités de planification et de conduite des opérations interarmes et interarmées“. “Tafilalet 2018“ s’est déroulé “dans un environnement proche de la réalité“: entendez par là conditions identiques à celles du Sahara marocain.

Le descriptif du déroulé est le suivant: “(…) l’action d’une force interarmées, générées autour des moyens du secteur opérationnel Tafilalet, engagée dans une manœuvre de défense de l’intégrité territoriale, en réaction à une agression fictive“.

La manœuvre a été exécutée avec des tirs de munitions réelles. Elle a mis en action des forces terrestres et .aériennes, ainsi que les forces spéciales, de jour et de nuit, qui ont mené “une défense ferme des espaces frontaliers“ et se sont opposés “à toute agression ennemie, tout en menant des contre-offensives limitées et des frappes aériennes“.

21/05/2018