Le Forum Crans Monta s’ouvre vendredi à Dakhla, la perle du Sahara marocain

Le prestigieux Forum de Crans Montana s’ouvre vendredi à Dakhla, la perle du Sahara marocain, avec la participation d’éminents représentants de 112 pays.
Cette session, placée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI sous le thème "Afrique, coopération régionale et coopération Sud-Sud", réunit une pléiade de décideurs, d'experts et d'hommes d'affaires africains et internationaux, triés sur le volet, qui sont venus à Dakhla pour débattre des questions majeures qui préoccupent l’Afrique à l’heure actuelle.
Ils ont aussi fait le déplacement pour constater le développement remarquable de cette belle cité, à l’instar de toutes les autres régions du Sahara marocain, depuis leur retour à la mère-patrie, grâce aux sacrifices consentis par tous les Marocains et l’engagement ferme des pouvoirs publics à assurer aux fils des provinces du sud toutes les conditions d’une vie digne et prospère.
Le Forum de Crans Montana, qui siège à Genève, a choisi la ville de Dakhla pour tenir sa session annuelle comme "un acte de paix majeur et une opportunité pour tous de se retrouver, de se voir et de parler".
C’est aussi un hommage au Maroc et à la politique africaine du Maroc, qui a réussi à s’ériger ces dernières années comme un acte majeur de la solidarité africaine et de la coopération Sud/Sud. "De par sa position stratégique, le Maroc est devenu le maillon essentiel pour les relations Nord-Sud et Sud-Sud et apparaît de plus en plus comme un point de jonction essentiel pour ces relations", affirme cette organisation internationale engagée depuis plus de trente années dans une sérieuse réflexion sur la coopération internationale, le dialogue, le développement, la stabilité, la paix et la sécurité dans le monde.
Le Maroc, de l’avis même des organisateurs, a conforté sa position de leader de croissance parmi nombre de pays africains, grâce à la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI, et ce conclave mondial à Dakhla "offrira ainsi l'occasion de mettre en avant ce rôle auquel le Maroc est naturellement voué de par ses relations privilégiées avec l'Afrique et son implantation qui n'est plus à démontrer sur le continent".
Pour les organisateurs en effet, l'Afrique est "une terre riche en ressources, mais jusque-là, marquée par son faible taux de croissance" et c'est aussi "un continent en réanimation mais plein de promesses, qui fait l'objet de plusieurs préoccupations internationales".
Saluant les efforts "colossaux" entrepris par le Maroc pour le développement de Dakhla, "l'une des plus belles régions du monde", le président du forum a souligné que cette cité est devenue un "modèle" et un "exemple" de développement pour le Maroc et pour toute l'Afrique.
"Loin des réminiscences de la Guerre froide et des, malheureusement, traditionnels conflits africains, la Région de Oued-Eddahab offre en effet un modèle et des perspectives qui constituent indéniablement des points de repère et de référence pour la résolution des conflits en Afrique", a-t-il fait valoir.
Organisé en collaboration avec l'Organisation islamique pour l'Education, les Sciences et la Culture (ISESCO), le forum débattra de plusieurs thématiques concernant "La meilleure gestion des ressources naturelles en Afrique", "Les télécommunications et les TIC: rejoindre les grands réseaux de communication", "L'industrie agro-alimentaire et l'industrie de la pêche" ou "L'intégration mondiale du secteur financier de l'Afrique".
Avec plus de 800 représentants de 36 pays d'Afrique, 30 pays d'Asie, 31 pays européens et 15 pays d'Amérique, en plus de 20 organisations régionales et internationales, la session de Dakhla s’annonce déjà comme un succès majeur dans l’histoire du Forum.
"Le succès de cet événement extraordinaire est unique dans les 30 ans d'histoire du Forum", se sont félicités les organisateurs avant même l’ouverture du conclave.
Car plus d’une centaine de chefs d'Etat, de chefs de gouvernement, de ministres, de présidents de parlement, ont fait le déplacement à Dakhla, en plus d’anciens chefs d'Etat et de gouvernement, des hauts responsables internationaux et des représentants de structures régionales et internationales.

13/03/2015