Mohamed Sidati, «ministre chargé de l’Europe» au sein du Polisario

Un coup de filet policier mené dans le sud-ouest de la France a conduit au démantèlement d'un important réseau d'escrocs polisariens spécialisé dans la fraude des aides destinées initialement aux demandeurs d'asile. Détails.

 

Une nouvelle affaire d'escroquerie vient s'ajouter au pedigree déjà bien garni du front Polisario, rompu à toutes sortes d'arnaques. Sauf que cette fois, c'est en Europe, précisément en France, qu'il a été pris les mains dans le sac du contribuable français. "Un important réseau de Sahraouis qui fraudaient les aides destinées aux demandeurs d'asile en France, et qui pourrait avoir concerné 3.000 personnes, a été démantelé dans le sud-ouest", ont révélé vendredi des sources judiciaires françaises.

 

Selon les mêmes sources, contactées par l'AFP, trois polisariens ont été condamnés à deux mois de prison ferme et cinq autres inculpés dans le cadre de cette enquête sur des séparatistes soupçonnés d'avoir touché indûment une allocation de demandeur d'asile en France alors qu'ils bénéficiaient déjà du statut de réfugié en Espagne.

 

Toujours d'après les mêmes sources, pas moins de 750 passages de polisariens à la frontière franco-espagnole ont été effectués depuis 2017, "ce qui, compte tenu des capacités de transport, représenterait 3.000 personnes"!

 

Une escroquerie à 2,2 millions de dirhams!

 

"L'escroquerie avait cours depuis début 2017 pour un montant estimé à plus de 200.000 euros au préjudice de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) de Bordeaux (sud-ouest)", chiffrent les sources judiciaires françaises, précisant que l'allocation versée aux demandeurs d'asile et réfugiés en France est de 340 euros par mois.

 

 

Voilà ce que cela donne: 2,2 millions de dirhams volés en une année et quelques plumes au contribuable français par les escrocs à la solde du front séparatiste du Polisario! Un nouveau filon exploité par le FP, dont l'aide algérienne est réduite à la portion congrue en raison de la crise financière et économique qui continue de frapper le voisin de l'est.

 

Mais passons, car ce n'est pas un premier forfait à combiner au passif du front de mercenaires.

 

Polisario: du vol du lait des nourrissons à la fraude à l'asile

 

Rappelez-vous: jeudi 22 janvier 2015, l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) diffusait un rapport très accablant sur le détournement d'aides humanitaires par le Polisario, avec la complicité de galonnés algériens poussant le cynisme jusqu'à détourner et revendre jusque le lait des nourrissons des camps de Tindouf. «Une partie importante de l’aide humanitaire accordée par l’Union européenne (UE) aux habitants sahraouis des camps de Tindouf, en Algérie, est détournée de façon organisée depuis des années», avait en effet relevé l’Office anti-fraude  (OAF), dans ce rapport consulté par le360.

 

«C’est un rapport d’une extrême gravité qui discrédite de manière sérieuse l’Algérie. Il montre aussi l’ampleur de la corruption et des détournements qui n’épargnent aucun domaine», s'était indignée la presse algérienne. Ce document, accessible sur le site de l’Union européenne, porte en effet de lourdes accusations et cite des responsables algériens et séparatistes soupçonnés d’être les organisateurs des détournements, qui commencent dans le port algérien d’Oran où est opéré le tri entre «ce qui doit arriver et ce qui peut être détourné». «Des aliments de bonne qualité destinés aux réfugiés, comme du blé canadien, sont remplacés par leur équivalent de qualité moindre pour être revendus », avait pointé le rapport, en ajoutant que «les produits d’élevage de volailles financé par l’aide internationale sont vendus et non donnés aux réfugiés». 

 

L’UE a toujours du mal à réaliser que les 10 millions d’euros qu'elle versait annuellement, depuis les seventies du siècle précédent, ait été souvent détournés et versés dans les comptes des pontes du Polisario et leurs maîtres algériens galonnés dans des comptes suisses, quand ce n'est pas pour s'offrir des villas luxueuses à la Costa del Sol, en Espagne.

 

La fraude à l'asile qui vient d'éclater en France constitue une preuve supplémentiare des pratiques mafieuses auxquelles s'adonnent le polisario et son mentor algérien, au détriment de populations elles-mêmes détournées et arnaquées au nom de cette supercherie nommée "droit du peuple sahraoui à l'autodétermintion"!

 

Cause toujours, tu nous intéresses!

 

08/06/2018