Tunis - Des participants au Forum social mondial (FSM), qui se tient à Tunis, ont organisé jeudi un sit-in devant l'ambassade d'Algérie en Tunisie pour dénoncer la décision des autorités algériennes d'empêcher une délégation d'activistes de la société civile algériens de prendre part à ce forum.

De nationalités différentes, dont des Algériens arrivés en provenance dEurope et dautres qui ont réussi à franchir la frontière terrestre avec la Tunisie avant la décision des autorités algériennes dinterdire ce voyage, les participants à ce sit-in ont exprimé leur solidarité avec les activistes de la société civile algériens, tout en condamnant la décision des autorités de leur pays de les empêcher de prendre part aux travaux de ce forum mondial. 

 

Selon le président du syndicat des administrations publiques algériennes, Rachid Yaalaoui, qui a pris part au sit-in après avoir réussi à gagner Tunis depuis la France, une centaine dAlgériens, à bord de deux minibus, sont bloqués depuis trois jours à la frontière algéro-tunisienne et dautres ont été empêchés de quitter laéroport dAlger et ont été avisés quils ny sortiront que le 30 mars, soit après la clôture du forum. 

 

Dans des déclarations à la presse, le syndicaliste algérien a fait état de larrivée à Tunis de certains de ses compatriotes soit via lEurope soit par leurs propres voitures et ce, avant la décision des autorités de bloquer les sorties. 

 

Ils nous empêchent de prendre part à ce forum de peur de dévoiler aux participants, et à travers eux au monde entier, la réalité de la situation interne en Algérie, mais la vérité finira par être connue, a-t-il expliqué, ajoutant que cette attitude démontre clairement que lEtat algérien est une dictature qui réprime toutes les libertés et empêche même les manifestations pacifiques. 

 

A travers ce sit-in, a-t-il ajouté, nous voulons dire aux autorités algériennes que le Forum social mondial est avec nous, que nous refusons les frontières et que nous bénéficions dun soutien international, arabe et maghrébin. 

 

Lors de ce sit-in, les participants ont scandé des slogans qui dénoncent le terrorisme dEtat et la répression en Algérie, tout en exigeant la liberté, la suppression des frontières entre les pays maghrébins et la garantie de la mobilité des personnes. 

 

Le comité dorganisation du FSM a dénoncé jeudi la décision des autorités algériennes dempêcher une délégation dactivistes de la société civile algériens de franchir les frontières pour aller prendre part à ce forum, et appelé à un sit-in devant lambassade dAlgérie en Tunisie pour manifester leur solidarité avec la délégation algérienne, composée de syndicalistes, d'activistes de la société civile, de diplômés chômeurs et de membres des familles de disparus.

29/03/2013