Certains témoins figurant dans la liste présentée par le parquet, dans le cadre du procès des événements de Gdim Izik, ont assuré être en mesure de reconnaître les suspects en cas de confrontation, alors que les accusés ont refusé de se soumettre à cette procédure.

La cour a décidé d'exposer aux accusés les déclarations de trois témoins et de procéder à la confrontation, conformément aux dispositions de l’article 337 du Code de procédure pénale, a affirmé lundi 15 mai le procureur général du Roi près la Cour d'appel à Salé, Hassan Daki.

La cour a, également, auditionné huit témoins, dont certains ont livré des informations et données précises sur la situation au sein du camp, les événements survenus pendant et après son démantèlement.

16/05/2017