Genève : En marge de la projection du documentaire lui consacré, intitulé ‘Ma terre me reconnaît’, un appel a été lancé à Genève pour rendre sa liberté à l’opposant au Polisario Mustapha Selma Ould Sidi Mouloud.

Rabii El Jawhari, réalisateur du film documentaire ‘My Land Knows me’ consacré au conflit sur le Sahara, projeté à Genève, en marge de la tenue de la 22ème session du conseil des droits de l’homme, a lancé un appel pour la libération de l’ancien dirigeant du Polisario qui vit aujourd'hui en exil à Nouakchott. 

Ce documentaire rapporte les témoignages de Mustapha Selma, sur les circonstances de son arrestation et sa torture par le Polisario, en septembre 2010, après avoir annoncé son intention de soutenir le projet d'autonomie du Maroc pour le Sahara. 

Par ailleurs, Rabii El-Jawhari a dénoncé également les manipulations et propagandes médiatiques autour du conflit sur le Sahara, pour occulter les conditions de vie des populations sahraouies dans les camps de Tindouf, situés dans le sud est algérien. 

Accusé d'espionnage pour le Maroc par le Polisario, Mustapha Selma avait été arrêté en septembre 2010 alors qu'il se rendait à Tindouf pour rejoindre sa famille. 

Il sera détenu à l’intérieur d’un conteneur en métal, jeté en plein désert sous de fortes chaleurs. 

Il sera torturé par les milices du Polisario, et recevra même une balle tirée sur lui à bout portant, dans sa cuisse. 

Suite à des pressions internationales sur le régime algérien, qui contrôle les territoires dans lesquels s’installe le Polisario et sa république autoproclamée, Mustapha Selma sera finalement sorti de son conteneur en fer, et exilé de force vers Nouakchott en Mauritanie. 

Le Polisario l’interdit à ce jour, de rencontrer ses enfants ni son épouse et ce depuis 3 ans.

05/03/2013