Le gouvernement espagnol s’est dit prêt à remettre un nouveau passeport à Maaloma Morales, séquestrée par sa famille biologique dans les camps de Tindouf depuis le 12 décembre 2015.

L’annonce a été faite par la directrice générale des ressortissants espagnols au ministère des Affaires étrangères lors d’une réunion, mardi 16 mai avec la famille adoptive de Maaloma, indique le quotidien en ligne El Diario. La remise du passeport devrait avoir lieu au consulat d’Espagne à Alger.

De son côté, la chaîne Canal Sur rapporte que la famille Morales n’est guère emballée par l’offre de l’exécutif Rajoy. Elle exige que la remise du passeport à leur fille adoptive ait lieu à l’aéroport de Tindouf, sur le territoire algérien, ou à Bruxelles. Pour rappel, le gouvernement espagnol avait reconnu, fin avril dans une lettre, la détention de Maaloma Morales par le Polisario.

La séquestration de la jeune femme n’est que la face visible d’un drame qui se joue depuis des années avec l’assentiment des autorités espagnoles. El Diario cite d’autres cas moins médiatisés, à l’instar de ceux de Najiba Mohamed Belkacem, Koria Badbad Hafed et Darya Embarek.

Le 22 mai, les familles adoptives de jeunes Sahraouis détenus dans les camps de Tindouf organiseront un sit-in à Madrid pour réclamer la libération de leurs enfants.

 

18/05/2017