Iles Canaries: le nouveau président du Conseil municipal roule pour le Polisario

Inaugurant le programme «Vacances en paix» au profit des enfants sahraouis, le nouveau président du Conseil municipal des Iles Canaries, Antonio Morales, s’est livré à un réquisitoire incendiaire contre le Maroc. La vérité sur une sortie populo-gauchiste du chef de file de "Nueva Canarias".

Pour sa première sortie sur la question saharienne depuis sa victoire aux élections municipales de mai 2015, le chef de file de «Nueva Canarias» (parti de centre-droite) s’est frontalement attaqué à l’intégrité territoriale du royaume du Maroc.

Recevant une délégation d’enfants de sahraouis séquestrés, à la Casa de Palacio, à Las Palmas, dans le cadre du programme «Vacances en paix», Antonio Morales s’est improvisé porte-parole, et du Conseil municipal et du gouvernement canarien, en se livrant à un réquisitoire le moins que l’on puisse dire haineux contre la première cause nationale, le Sahara marocain.

«Le conseil municipal aussi bien que le gouvernement de la communauté autonome des Iles Canaries appuient le peuple sahraoui», a-t-il lâché, en chargeant des innocents, aussi loin de la politique que les Iles Canaries de l’Espagne (1500 kilomètres!), d’assurer leurs parents, à leur retour à Tindouf, du «soutien» indéfectible des Iles Canaries au «droit du peuple sahraoui à l’autodétermination».

Antonio Morales, dont les propos sont rapportés par le journal canarien «eldia.es», en a rajouté en s’attaquant directement au Maroc, accusé de commettre de «graves violations humanitaires dans le Sahara occidental».

«Il est nécessaire de poursuivre la dénonciation de la violation des Droits de l’Homme au Sahara», a-t-il souligné, en «exigeant» l’organisation d’un «référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui».

Visiblement grisé par sa victoire lors des municipales du 27 mai dernier, le chef de «Nueva Canarias», ancien président de la municipalité «Agüimes» (province des Las Palmas), s’est laissé emporter par sa vague populiste et voulait sans doute flatter la fibre droit-de-l’hommiste d’une partie de la société civile canarienne acquise à la thèse séparatiste du Polisario.

Seulement voilà, la sortie de ce nationaliste pure laine dégage des relents électoralistes certains. Quand on sait que les élections générales espagnoles se tiendront le 25 décembre prochain, il faut s’attendre à ce que le Maroc «s’invite» à nouveau dans les surenchères politiciennes de nos «amis» espagnols.

20/07/2015