Un jeune Marocain a arraché vendredi le drapeau du consulat d'Algérie à Casablanca, en marge d'une manifestation contre de récents propos hostiles d'Abdelaziz Bouteflika sur la question du Sahara marocain. 

 

Le jeune homme a été arrêté et serait présenté à un juge, selon le site marocain d'information "Goud", indiquant que l'homme est parvenu à tromper la vigilance des forces de l'ordre qui surveillaient les quelques dizaines de personnes participant au rassemblement devant le consulat algérien. 

 

Le Maroc a décidé mercredi de rappeler son ambassadeur pour protester contre la « multiplication des actes de provocations et d'hostilités de l'Algérie à l'égard du Royaume, notamment s'agissant du différend régional au sujet du Sahara marocain ». 

 

« Plus particulièrement, le message adressé, le 28 octobre, par le Président algérien à une réunion, à Abuja, d'une nébuleuse hostile au Maroc illustre cette volonté délibérée d'escalade et confirme cette démarche de blocage et de maintien du statu quo », indique un communiqué du ministère marocain des affaires étrangères. 

 

« Ces actes regrettables et récurrents vont à l'encontre de la volonté sincère du Maroc d'instaurer des relations de fraternité, de coopération et de bon voisinage avec l'Algérie, afin de favoriser l'intégration maghrébine et de relever les défis multiples auxquels fait face la région », souligne le communiqué. 

 

L'Algérie a pris note avec "regret" de la décision de rappeler pour consultation son ambassadeur à Alger, a indiqué jeudi le ministère des Affaires étrangères. 

 

Réagissant à ce rappel, Paris a appelé à un rapprochement entre le Maroc et l’Algérie et rappelé que les « nombreux défis que rencontrent les pays maghrébins rendent souhaitable une bonne coopération régionale afin de construite un Maghreb uni, stable et prospère". 

 

01/11/2013