Marginalisés et vivant dans le désespoir, les jeunes sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf en Algérie sont des proies faciles pour les groupes criminels et terroristes, a affirmé le président de la région Dakhla-Oued Eddahab, Yanja El-Khattat. 

 

Dans un entretien publié mardi par le journal espagnol +La Opinion A Coruna+, M. El Khattat a souligné que plusieurs de ces jeunes ont rejoint les rangs d'Al Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) pour commettre des actes de barbarie au Mali. 

 

Il a relevé en outre que de nombreux jeunes sahraouis de Tindouf veulent regagner la mère-patrie, le Maroc, mais sont empêchés de le faire par le régime algérien. 

 

Le responsable marocain a fait observer, dans le même contexte, que les populations sahraouies des camps de Tindouf, qui vivent dans des conditions inhumaines, sont soumises à la dictature du polisario. 

 

Evoquant les déclarations du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon sur le Sahara marocain lors de sa dernière tournée dans la région, M. El Khattat a indiqué qu'elles sont inacceptables, soulignant que le plus haut responsable onusien a fait preuve d'une partialité flagrante. 

 

Il a, par ailleurs, rappelé que le Maroc est le pays le plus sûr d'une région qui fait face à des défis sécuritaires de taille, ajoutant que le Royaume a réussi, grâce à la vision éclairée du Roi Mohammed VI, à endiguer les courants radicaux.

 

30/03/2016