Joaquim Chissano est l’ancien président mozambicain, il a été parachuté ‘envoyé spécial de l'Union africaine pour le Sahara’, une mission que le Maroc ne reconnait pas.

Mardi 26 avril au siège de l’ONU à New York, une réunion informelle du Conseil de sécurité convoquée par l'Angola et le Venezuela, deux pays hostiles au Maroc, a été tenue pour donner la parole, à Joaquim Chissano, représentant de l’UA pour l’affaire du Sahara, une mission que le Maroc ne reconnait pas. 

 

Durant cette réunion consacrée par ses promoteurs, à une séance de discours hostiles au Maroc, Joaquim Chissano a tenu des propos menaçants à l’égard du royaume. 

 

En effet, rapporte le site du journal suisse, Tribune de Genève, l’ancien président mozambicain a déclaré:

‘‘Le Sahara … peut apparaitre comme un petit problème mais n'oublions pas qu'une étincelle peut mettre le feu à la forêt’’.

 

Chissano auquel le Maroc n’accorde aucun crédit ni à lui ni à l’UA qu’il représente, à appeler le conseil de sécurité à sanctionner le Maroc et à prendre position ouvertement, contre son intégrité territoriale. 

 

Il a également exhorté l’ONU à accorder un ‘‘rôle dirigeant’’ à l'Union africaine dans l’affaire du Sahara, alors que cette organisation continentale, que le Maroc avait quitté en 1984, est hostile au royaume et travaille à son démembrement de ses provinces du sud.

 

27/04/2016