La ligne du martyr (Khat Ach’chahid), mouvement d’opposition au sein du Front Polisario, dirigé par Mahjoub Salek, vient d’adresser une lettre au nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental. Une lettre dans laquelle ce mouvement rappelle que le Front «n'a pas le droit de négocier au nom du peuple sahraoui». Détails.

Alors que l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental s’apprête à se rendre dans la région en ce mois d’octobre, la ligne du martyr (Khat Ach’chahid), mouvement d’opposition au sein du Front Polisario vient d’adresser une lettre à l’Allemand Horst Kohler. Une correspondance dans laquelle le mouvement de Mahjoub Salek revient notamment sur le dernier congrès du Front Polisario, le qualifiant de «pièce théâtrale du parti unique pour que le front garde le même leadership depuis plus de quarante ans». «Une direction qui ne représente plus qu’elle-même et ses intérêts et qui n'est donc pas autorisé à négocier ou à parler au nom du peuple Sahraoui», indique la lettre.

Celle-ci de rappeler que Khat Ach’chid est «un mouvement politique représentant une tendance de la réforme démocratique au sein du Front et qui vise à atteindre la justice et la démocratie grâce à la participation du peuple à la prise de décisions sur leur sort par rotation du pouvoir en tant qu'approchement urbain de la gouvernance».

S’adressant à Horst Kohler, Khat Ach’chid appelle l’envoyé onusien à «l'écoute directe de [ses] membres», rappelant être aussi le représentent d’un segment important de la population sahraouie. Une consultation devant permettre à l’envoyé spécial onusien de «bénéficier d’un jugement complet et familier sur toutes les opinions, malgré le désaccord et le contraste sur le conflit du Sahara occidental, au lieu d'écouter l'avis unique des dirigeants du Polisario dans les camps».

Le Polisario «n’a pas le droit de négocier avec le gouvernement marocain»

La lettre souligne que «les leaders du Polisario ne sont que des membres qui tiennent au pouvoir et qui font des affaires avec les souffrances des Sahraouis dans les camps». «Chaque jour, chaque mois et chaque année, ce conflit continue d’être un crime contre l’humanité à l’égard de nos femmes, nos ancêtres et nos enfants qui souffrent dans les camps depuis plus de 35 ans dans un conflit qui ne sert que ceux qui continuent de pêcher dans les eaux troubles», poursuit le document.

Ce dernier précise que le Khat Ach’chahid reste disponible pour rencontrer Horst Kohler pour lui clarifier tous les enjeux et les dimensions du conflit du Sahara occidental.  «Que ce soit en Espagne, en Mauritanie ou en Algérie et si vous serez en mesure d’assurer notre sécurité et notre sûreté (…) nous sommes disponibles à vous rencontrer», poursuit le mouvement.

La lettre, signée par «le Comité exécutif Polisario – Khat Ach’chahid» insiste ensuite sur le fait que le Front de Brahim Ghali ne les représente pas.

«Si le Polisario affirme représenter le peuple sahraoui, cette direction ne représente qu’elles-mêmes. Elle n'a donc pas le droit de négocier au nom du peuple sahraoui avec le gouvernement marocain sur notre destin et notre avenir.»

Le document appelle aussi «la communauté internationale et les Nations Unies à dépêcher des observateurs internationaux indépendants dans les camps de Tindouf pour s’en assurer» et invite Horst Kohler à plaider en faveur de ce mécanisme.

 

02/10/2017