Hassan II (à g.) et Henry Kissinger, à Casablanca, en novembre 1973 © AFP

Selon l’ancien Secrétaire d’État américain Kissinger, Feu Hassan II avait demandé aux Américains de protéger l’ancien président algérien Houari Boumediene. Hassan II estimait que les Américains devaient s’intéresser de près à la situation dans la région, faute de quoi « tout le littoral sud méditerranéen tomberait sous domination communiste. » Ces révélations proviennent des archives déclassifiés du département d’Etat américain, d’après le site algérien TSA. D’après ces archives, le souverain marocain avait alerté les américains sur de probables risques pour la sécurité de Boumediene provenant de l’Egypte de Jamal Abdel Nasser. Dans une note de l’ancien secrétaire d’Etat américain adressée au président Nixon, le souverain a lancé un appel aux USA pour « user de toute influence appropriée » pour éviter que « les plans de Nasser et des Soviétiques pour le Maghreb n’aboutissent », poursuit Kissinger.

 

Ce dernier raconte dans ces notes que le roi du Maroc estimait que la prochaine cible du dirigeant égyptien serait « d’éliminer le président algérien Houari Boumediene » pour le remplacer par une personne « plus à même d’accepter son leadership dans le monde arabe ». Hassan II redoutait qu’un putsch contre Boumediene n’augmente la zone d’influence et les « capacités de nuisance de Nasser et des Soviétiques en Tunisie et au Maroc.» Les notes de l’ancien secrétaire d’Etat américain révèlent également que ces appréhensions se sont accentuées à la suite du sommet Arabe de 1969, lors duquel « le Maroc, la Tunisie et l’Algérie se sont alignés contre les exigences de Nasser », relate Kissinger, sans donner plus de détail.

 

Dans les mêmes archives, il est dit que Hassan II avait estimé que Gamal Abdel Nasser voulait déjà signer un accord avec Israël pour se protéger contre un éventuel coup d’état.

 

Les données du roi Hassan II allait forcer la main aux USA pour une « nécessaire revue systématique de la situation en Afrique du Nord », note l’ancien Secrétaire d’État américain qui a promis « des recommandations rapides » sur la manière de revoir la carte géopolitique de la région.

07/04/2016