La direction de la Communication de l’Union Africaine a mis en ligne sur le site de l’UA, un étrange communiqué intitulé “Le Maroc n’a pas participé au 27e Sommet de l’Union africaine à Kigali et n’y a pas pris la parole“.

 

Le communiqué émane de la Commission de l’Union africaine, l’instance au sein de laquelle doit être examinée toute demande d’adhésion.

 

La Commission est présidée jusqu’à la fin de cette année par Mme Dlamini Zuma, qui n’est pas connue pour ses positions amicales à l’égard du Royaume.

 

Le communiqué précise que le président en exercice de l’UA et président du Tchad Idriss Deby a bien reçu le courrier du Roi Mohammed VI et qu’il en a informé Mme Zuma.

 

La Commission rappelle l’acte constitutif de l’Union et son article 29 relatif à la procédure d’adhésion, obtenue à la majorité simple.

Enfin, la Commission “rappelle que l’Acte constitutif de l’UA ne contient pas de disposition relative à l’expulsion d’un membre quelconque de l’Union“.

 

Ce dernier rappel fait allusion à la “rasd“. Ce que la Commission passe sous silence, c’est que le sommet des Chefs d’Etat est souverain et que s’il rend une telle décision à la majorité des deux tiers, il serait difficile à la Commission de s’y opposer. Surtout que Mme Zuma aura d’ici là, quitté la présidence de cette commission.

 

L’objectif de ce communiqué est également de signifier que même si le Gabon a présenté une motion signée par 28 Etats (majorité simple) appuyant l’adhésion du Maroc, la procédure formelle doit transiter par la présidente de la commission. En d’autres termes, malgré les 28 signatures, le Maroc n’est pas encore membre.

 

Le Maroc n’a jamais dit le contraire. 

28/07/2016