Alger : Abdelilah Benkirane avait donné interview à l’émission ‘Internationale’ de la chaîne francophone TV5, durant laquelle, il avait regretté l’absence de coordination entre le Maroc et l’Algérie, qui a conduit à la détérioration de la situation au Nord Mali.

Il a suffi de cette phrase, somme toute normale, du chef du gouvernement qui s’exprimait sur la chaîne télé francophone TV5, et qui ne comportait la moindre insinuation négative à l’égard du régime algérien, pour que ce dernier, par voix de ses médias, ne lance ses verdicts, que tout rapprochement n’est point possible avec Rabat, à cause des ‘déclarations jugées offensantes', du chef du gouvernement marocain. 

Ses relations entre le Maroc et l’Algérie, vue par le régime algérien, sans contenus, ni lignes stratégiques, ni intérêts, ni profitant à quelconque peuple, au point qu’une simple phrase des plus normales, se transforme en torpille. 

Lundi, le journal électronique algérien ‘Tout Sur l'Algérie’ écrivait : «Une nouvelle tentative de rapprochement entre le Maroc et l'Algérie a été torpillée par les déclarations du chef du gouvernement marocain». 

Il ajoutait que «A peine amorcée, une nouvelle tentative de relance des relations entre Alger et Rabat semble déjà vouée à l'échec. La semaine dernière, le secrétaire général du ministère marocain des Affaires étrangères était à Alger. Face aux responsables algériens, il a évoqué la volonté du roi Mohammed VI de renforcer les relations entre le Maroc et l'Algérie en vue de construire un modèle de coopération fondé sur le respect mutuel». 

TSA évoquait alors ‘la grande générosité de l’Algérie’ qui soucieuse de se rapprocher du Maroc, «s'était même abstenue de condamner publiquement le …verdict prononcé par la cour de Rabat» à l'encontre des 24 séparatistes téléguidés depuis le territoire algérien, pour égorger et uriner sur les corps agonisant de 11 éléments des forces de l’ordre, et ce devant les zoom des caméras. 

Mais tous cette ‘générosité algérienne a été mal remerciée’ par le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane qui commit le ‘sacrilège’ de regretter en public l’absence de coordination entre Rabat et Alger au service de la paix régionale, expliquant sur TV5, que si la France est intervenue au Mali, c'est parce que le Maroc et l'Algérie ne sont pas parvenus à s'entendre.

26/02/2013