L’Algérie ferait mieux de s’inscrire de bonne foi dans le processus onusien visant une solution réaliste (Expert US)

L’Algérie a tout intérêt à s’inscrire de bonne foi dans le processus des Nations Unies visant un règlement politique, durable, réaliste et mutuellement acceptable à la question du Sahara, a déclaré à la MAP l’expert américain des questions législatives, Jordan Paul.
Réagissant aux tentatives vaines du régime algérien d’impliquer l’Union africaine dans la question du Sahara et au discours du premier ministre algérien Abdelmalek Sellal, dimanche devant la 25è session de l’UA à Johannesburg, M. Jordan a indiqué que “les Nations Unies ont, à maintes reprises, appelé les parties à négocier en vue d’une solution réaliste à cette question”, faisant observer que le Maroc “a fait montre de pondération et de toute sa disponibilité à négocier une solution basée sur le plan d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine”.
L’expert US a rappelé, dans ce cadre, les conclusions de l’ancien envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, Peter Van Walsum, dans lesquelles il avait souligné que “la principale raison pour laquelle je trouve intolérable le statu quo est qu’il est trop aisément accepté, non pas seulement par des spectateurs non engagés des pays lointains, mais aussi par les partisans inconditionnels du Front polisario, qui n’ont pas vécu eux-mêmes dans les camps, mais qui sont convaincus que ceux qui y vivent préféreraient y rester indéfiniment au lieu d’opter pour une solution négociée en deçà de l’indépendance totale”.
“Tous les pays concernés doivent oeuvrer dans le but de mettre en oeuvre cet objectif”, a conclu Jordan Paul.

15/06/2015