La presse algérienne a surfé sur l’organisation d’un forum à Genève sur l'avenir de la Libye par la Fondation Mohamed Benjelloun pour accuser, à tort, le royaume de s’immiscer dans les affaires internes de ce pays.

Décidément l’Algérie ne rate aucune occasion pour attaquer le Maroc. Cette fois, la presse algérienne a surfé sur l’organisation, le 3 juin dernier à Genève, d’un forum sur les perspectives de la Libye par la Fondation Mohamed Benjelloun, pour accuser, à tort, le royaume de s’immiscer dans les affaires internes de ce pays qui croule encore sous les effets des difficultés de la reconstruction et de la réconciliation nationale. Mohamed Benjelloun, président de la Fondation, rejette ces accusations. Il assure que "ce forum est une initiative de la Fondation, qui n’a aucun rapport avec les institutions officielles du Maroc". Cet homme d’affaires hélvético-marocain est connu pour son soutien aux efforts de reconstruction de la Libye, après la révolution qui s’est soldée par la chute du régime du colonel Kadhafi.

Mohamed Benjelloun avance que cette rencontre, qui s’est tenue en présence des responsables des différentes composantes de la société libyenne, a pour objectif de jeter les ponts entre ces différentes sensibilités, afin d’assurer un avenir meilleur à ce pays sorti du printemps arabe. Ce Forum a aussi connu la présence de la représentante de l’Union européenne (UE), en charge du dossier libyen, Garcia Perez, qui a fait savoir que l’UE va mettre en place un secrétariat général, afin d’apporter aux autorités locales un soutien dans les domaines de gestion des urgences, de contrôle douanier, et d’analyse sécuritaire dans les aéroports.

Pour rappel, le roi Mohammed VI a reçu, jeudi dernier, un appel téléphonique de Nouri Aboussahmein, président du Congrès national général libyen. Ce dernier a sollicité l'appui du souverain pour assurer le succès de l'expérience libyenne. Selon un communiqué du Cabinet royal, le souverain a affirmé que "le roi du Maroc, le gouvernement et le peuple, se tiennent aux côtés du peuple libyen frère", et a réitéré "la nécessité de préserver l'unité nationale et territoriale de la Libye".

10/06/2014