Le 40ème anniversaire de la Marche Verte constitue une occasion pour souligner les efforts énormes déployés par le Maroc pour le développement de ses provinces du Sud, a indiqué le professeur universitaire et écrivain franco-marocain Youssef Chiheb.
Ces efforts, qui répondent à une politique volontariste accordant une importance particulière à cette chère partie du territoire nationale, ont permis de hisser tous les indicateurs de développement humain au Sahara marocain et de doter la région d’infrastructures modernes à même d’en faire une plateforme de développement dans cette partie de l’Afrique, a-t-il relevé.
M. Chiheb, expert en développement territorial, a noté que le Maroc ne s’est pas contenté de récupérer ses droits historiques sur ses provinces du Sud grâce à la glorieuse Marche Verte, mais a relevé le défi de faire de la région l’une des locomotives de l’économie nationale et de combler l’énorme déficit en développement humain entretenu durant la période de la colonisation espagnole.
Tous les indicateurs de développement humain sont passés au vert dans cette région en un temps record, a-t-il indiqué, mettant en exergue les plans de développement ayant permis de doter les provinces du Sud d’infrastructures routières, d’aéroports, de centres urbains modernes, d’écoles, d’hôpitaux et d’équipements sociaux, culturels et sportifs.
M. Chiheb a, à cet égard, souligné le rôle joué par l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume, qui a mis en œuvre des politiques ambitieuses de développement économique et social, ainsi que l’importance accordée à cette région par l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).
C’est dire que la politique à la fois nationale, régionale et locale fait des territoires du sud une priorité stratégique pour consolider le développement dans cette région, a-t-il ajouté, estimant que le Maroc a non seulement investi pour la mise à niveau de ses provinces du Sud mais a aussi investi dans l’avenir, compte tenu des potentialités de cette région et de sa capacité à être un moteur pour la croissance nationale et pour les échanges économique avec la région sahélo-saharienne.
Il s’agit d’un axe de développement futur d’une grande importance économique et géostratégique, dans lequel le Sahara marocain est appelé à jouer un rôle de premier plan, a affirmé M. Chiheb.
Expert international auprès du PNUD, Youssef Chiheb est professeur associé à l’Université Paris XIII Sorbonne, conférencier sur le développement et sur les mutations géopolitiques du monde Arabe. Il est l’auteur notamment du “Manifeste de l’indépendance du Maroc, hommes, destins, mémoire”.

03/11/2015