L’Espagne exige une "solution rapide" à la situation de la jeune Mahjouba séquestrée à Tindouf

Le gouvernement espagnol a exigé une "solution rapide" à la situation de la jeune sahraouie Mahjouba Mohamed Hamdidaf, séquestrée dans les camps de Tindouf depuis l'été dernier.
Un communiqué du ministère espagnol des Affaires étrangères, rendu public jeudi soir, indique que le gouvernement suit avec "le maximum d’intérêt" cette question et demande une "solution rapide et favorable" à la situation de la jeune Mahjouba (23 ans) qui porte la nationalité espagnole depuis 2012.
Mardi, le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Garcia-Margallo, a indiqué que "des démarches quotidiennes" sont entreprises pour obtenir la libération de Mahjouba. L'ambassade et le Consulat d'Espagne à Alger entreprennent des "démarches quotidiennes" dans l'objectif de mettre fin à la situation de séquestration de Mahjouba, a précisé Margallo.
La jeune Mahjouba, qui a travaillé depuis quelques mois pour "Marie Curie Fondation Care" à Londres, et qui comptait poursuivre ses études supérieures dans la capitale britannique, s'est rendue l'été dernier à Tindouf pour visiter ses parents biologiques.
Elle s'est vue ensuite retirer son passeport et son argent pour empêcher son retour en Europe, qui était prévu le 18 août dernier. L'affaire a été soumise au Rapporteur spécial de l'ONU pour la violence contre les femmes

23/10/2014