Un mois après sa désignation «ministre du Peuplement», Mohamed Lamine Bouhali, continue de refuser ce poste civil en boycottant toutes les réunions convoquées par Mohamed Abdelaziz.

Entre Mohamed Abdelaziz et son ex-«ministre à la Défense», Mohamed Lamine Bouhali, rien ne va plus. Et c’est en optant pour la politique de la chaise vide que ce dernier veut manifester son animosité à l’égard du chef du Polisario. Invité par Mohamed Abdelaziz à assister à une réunion consacrée à l’élection des nouveaux membres du «Parlement sahraoui», l’ex-«ministre à la Défense» a plutôt brillé par son absence, rapporte le site séparatiste "Al Mostakbal sahraoui".

 

Une manière d’exprimer clairement son refus de prendre ses fonctions à la tête d’un «département civil», et marquer son attachement à son ancien poste de «ministre à la Défense», d’où il a été débarqué au lendemain de la reconduction, fin décembre, de Mohamed Abdelaziz pour un 12ème mandat à la tête du Polisario.    

 

Dans ce bras de fer avec Mohamed Abdelaziz, et comme le rapportait Le360 dans son édition du 11 janvier dernier, Mohamed Lamine Bouhali a le soutien de plusieurs "frères d'armes" dont l'ancien "ministre à la Défense", Brahim Ghali, sans compter l'appui de plusieurs centaines de sympathisants sahraouis rassemblés, dernièrement, devant le siège du secrétariat général à Rabouni pour lui manifester leur appui.

 

09/02/2016